Le roman NU YORK

Identité CharlElie
mercredi 16 décembre 2009
popularité : 1%

En cadeau une auto-réflexion sur l’identité de CharlElie ! (Ndlr)

JPEG - 71 ko

Illustration : Paul Lacolley

JPEG - 25.8 ko

Identité CharlElie Le débat concernant l’identité Française intéresse les Français, certes, mais plus encore ceux qui vivent à l’étranger où ils existent pour ce qu’ils sont (Français) dans un pays qui n’est pas celui de leur origine.

Cependant la réponse à leur question n’est pas aisée à trouver, car le débat médiatique semble plus tourné vers la question que pose la question, plutôt qu’intéressé par une quelconque réponse. Un peu comme si quelqu’un demandait : « A ton avis, quel temps fait-il ? » et qu’on lui réponde : « Pourquoi tu me demandes quel temps il fait ? ». Comme s’il était moins important de parler de météo que d’établir la raison pour laquelle c’est à moi qu’on a posé ladite question. Du coup, le type ne saura jamais comment il doit s’habiller pour sortir…

Après tout, c’est peut-être ça l’identité Française ? Un goût pour la question plutôt que pour la réponse. Quand on parle du fameux verre à moitié vide où à moitié plein, les Français, avides de perfection et d’accomplissement, se définissent par la moitié qui leur manque plutôt que par la moitié qu’ils ont déjà. Dans les soirées et cocktails auxquels je suis invité, quand je croise des Français que je n’ai jamais vus, je leur pose parfois la question du « Que faites-vous ? » et j’ai constaté que souvent leur première phrase était pour me dire : « Oh vous savez, moi je ne suis pas artiste… » Mais ça n’est pas une réponse à la question que j’ai posée… Moi non plus, je NE suis PAS équilibriste, NI hallebardier, NI programmateur informatique, NI danseur mondain. Pourquoi n’assument-ils pas ce qu’ils sont ? Ils se décrivent par ce qu’ils NE sont PAS. Il y a dans l’état d’esprit Français comme un automatisme de la pensée en antithèse. Comme si l’on craignait de se définir. Comme si se « dé-finir » signifiait finir. Beaucoup préfèrent rester dans un flou « artistique » qui leur donne le droit de penser que virtuellement tout est encore possible…

Ce n’est pas le fait d’énoncer une histoire qui est difficile, c’est de la faire admettre. Moi je n’ai pas de problème à me raconter (même si c’est un peu complexe) je veux bien être rangé en tiroir, s’ils ne ressemblent pas à des cercueils, et s’ils sont au pluriel, car mes activités d’artiste nécessitent plusieurs compartiments... Même si je ne le suis pas toujours … (commode) peut-être qu’avec le temps, mon corps a pris incidemment la forme de ce meuble à tiroirs.

Quoiqu’il en soit au début Novembre, mon identité Française s’est vue gratifiée à Rome, du grand Prix Teranova qui récompensait un « état d’être poétique dans sa diversité ». Les honneurs qui couronnent un passé sont parfois un mauvais présage, mais après Fernando Arrabal, Edoardo Sanguineti, Lawrence Ferlinghetti ou Patrice Leconte qui l’avait reçu les années précédentes, je me suis autorisé un smiley dans le miroir, d’autant que ça me donnait un prétexte pour aller visiter Rome pour la première fois.

Quand on vient du « monde-de-demain » où j’habite toute l’année, le choc est violent. Je débarquais de New York, avec encore dans les yeux, la linéarité de ces rues tracées à la règle, ces avenues rectilignes que j’arpente sur mon vélo quotidiennement, et je me retrouvais là, dans les ruines d’une autre civilisation impériale, qui avait elle aussi vu grand pendant des lustres avant de se dissoudre. Je quittais les statues de la Liberté maquillées, immobiles debout sur un carton devant leur chapeau espérant quelques dollars, et je retrouvais les mêmes au pied du Colisée déguisés en centurion faisant quelques pitreries pour amuser les touristes en échange d’une photo souvenir. Chacun son identité.

Peu de villes m’ont autant inspiré. J’ai fait beaucoup de photos. Le « Passé » est « Présent » à Rome, érodé certes, mais fier de ce qu’il a été, dressé dans toute sa splendeur. Le passé se racontait dans la pierre, sous un ciel bleu magnifique, une lumière chaude, trop chaude pour la saison, mais néanmoins délicieuse, qui traçait sur les murs le dessin de l’histoire à l’ombre des ans. Mario Salis le Romain, président de ce festival qui m’avait invité, m’a promené au pas à pas, dans les ruelles de sa ville au parcours complexe. Dans la fraîcheur des rues pavées, marchant au hasard entre les lignes de scooters sur leur béquille, je retrouvais l’humour d’une pensée italienne sinueuse et rococo, qui se plaît à suivre le méandre des rues aux proportions humaines. J’avais regardé le très moyen « Anges et démons » sur le mini écran du lecteur de film dans l’avion, et j’en ai profité pour en comparer l’échelle avec celle qu’ont voulu Le Bernin, Michel-Ange ou Bramante et les architectes de la Mystique Chrétienne. Et faire un tour sous le regard des statues d’albâtre de la place Saint Pierre du Vatican. Je me suis aussi fait empapaouter par un chauffeur de taxi qui a très vite filé pour, (j’imagine), aller expier son pêché dans l’instant qui a suivi la fermeture de la portière. Eh, chacun la sienne, c’est aussi ça l’identité Italienne !

Il y a mille manières d’exister : pour soi-même ou pour les autres. On doit accepter l’idée multiste. Il n’y a pas un seul modèle référentiel. Plus encore aujourd’hui où les flux d’idées accentuent le brassage des esprits, à une époque où les vérités changent, les affirmations sont remises en cause tous les jours, et la souplesse permet de s’adapter à la situation, l’acceptation de la différence fait la richesse d’une culture (et non l’assimilation). Si on veut s’amuser à un jeu, il faut que les règles soient simples, mais il faut aussi qu’elles soient appliquées avec rigueur. (Pour prendre un exemple comme un autre, on verrait d’un mauvais œil une équipe de foot gagner un match en marquant un but de la main… ça ferait mauvais effet ! )

Je suis passé par Paris, où j’ai fait quelques interviews à propos de la réédition de mon livre de photos « New York BY CharlElie » aux éditions du Chêne, sorti en Mars dernier, et déjà épuisé. Ce beau livre m’a donné l’occasion de montrer certaines de mes photos, mais d’autres livres sont en préparation, qui parlent plus généralement de la démarche que je poursuis depuis trente ans sur les sentiers de l’Art.

J’ai ensuite déposé quelques tirages à la galerie « W » d’Eric Landeau, visité un espace pour y faire une expo conséquente l’année prochaine, rendu un projet pour une sculpture (mais comme il s’agit d’un concours, j’attends le ventre serré le résultat des élucubrations…) et hop j’étais de retour dans mon identité de Français à New York. Ici aussi j’ai pas mal de projets en route… mais de ça, on reparlera plus tard !

En attendant bonnes fêtes à tous. On se retrouvera bientôt…

CharlElie / NEW YORK Déc. 200IX

Retrouvez les nouvelles publications :

Comme fuir la came, Faire les fêtes, aspirations, Le meilleur et le pire, Avoir été en été, Tant de temps évanoui, etc...

CharlElieshop 14 nouvelles oeuvres originales en ventes ! Période 2001-2003 extraits de la série "musiciens".

CharlElieshop vous propose 14 nouvelles oeuvres originales (pièces uniques) : période 2001-2003 de l’artiste à des tarifs avantageux durant la période des fêtes jusqu’au 31 décembre 2009.

Il s’agit essentiellement de dessins originaux et signés, extraits de la série "musiciens" qui furent exposées au musée des Beaux Arts/ Le Corbusier de la Chaux de Fonds en 2003.


http://www.charlelie.com/blog/


Agenda

<<

2017

>>

<<

Mars

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272812345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

23 juin 2016 - A la rencontre de Valiske à la Fête des associations juives à Paris

Venez rencontrer Lloica et André, les responsables de Valiske, ce dimanche 26 juin de 11 à 18 (...)

8 mars 2014 - Que ce soit dit : "Lettre à un ami antisioniste" attribuée à Martin Luther King est un faux mais...

Régulièrement ce "hoax" refait surface - le temps d’une révolution de la planète Internet - Que ce (...)

22 juin 2012 - 1er Prix "Patrimoine" pour les Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation du Haut-Rhin

De la part de l’association > Amis de la Fondation pour la Mémoire de la (...)

Météo

Belfort, 90, France

Conditions météo à 0h0
par weather.com®

Inconnu

°C


Inconnu
  • Vent :  km/h - N/D
  • Pression :  mbar tendance symbole
Prévisions >>