Chronique du Séminaire Yad Layeled 2006 au Kibbutz Beth Lohamei Hagetaot

du 12 au 19 février 2006
samedi 11 mars 2006
par Nadia Darmon.H
popularité : 6%

Honnêteté et rigueur ont caractérisé ce séminaire sans tabou, sans exclusive. Tous les sujets furent abordés, conférences, débats, projections, ateliers, visites ont ponctué une semaine riche en rencontres et en découvertes.

Chaque module ou conférence fera l’objet d’un article séparé, afin de rester dans une proportion textuelle raisonnable. Un sommaire permettra de cliquer sur chaque module composant le séminaire.

Accéder au Sommaire du Séminaire.

Nouvel Aéroport Ben Gourion, le 12 février 2006, 3h30 du matin.

Nous n’avons pas su nous repérer parmi les voyageurs, mais nous voilà regroupés autour de Michal Gans, directrice du département international de Yad Layeled qui nous accueille, après les contrôles d’identité. Le car du Kibbutz nous attend, on compte, on cherche les derniers, on regarde autour de nous, ce nouvel aéroport à l’architecture futuriste en pierres blanches de Jérusalem.

Nous sommes quatre de Belfort. Ils sont deux de Tours, une d’Orléans, deux de Vitré en Bretagne, une de Limoges, une de Poitiers, un de Bourges et un de Troyes, une de Grenoble, deux d’Assise en Italie, et tous les autres sur la trentaine de participants de Paris et région. Juifs, non juifs chrétiens et musulmans confondus. Nous sommes ensemble pour une semaine, logés dans les bungalows "Bed & Breakfast" du Kibboutz, merveilleusement choyés par les organisateurs.

JPEG - 38.4 ko
Panorama de Galilée

Nous sommes remontés vers le nord d’Israël, prenant l’autoroute vers Haifa, déjà certains s’étonnent "Tu as vu ? les panneaux sont aussi en arabe !" Notre chauffeur de la semaine, Mustafa, est un arabe israélien, il a mis une musique douce des Platters. Nous approchons, pointent sur les hauteurs de Haifa, l’Université et le fameux Technion qui vient de donner au monde ses Prix Nobel de Chimie et d’économie. Nous approchons, au loin nous devinons les minarets verts de Akko (St Jean D’Acre).

Nous arrivons, le car passe un portail, vire sur la gauche et emprunte un chemin qui longe un aqueduc romain, à droite toute, nous voilà dans une large allée d’arbres fruitiers, à gauche des pamplemousses, à droite des clémentines. Le car stoppe près d’un manège à chevaux boueux, nous descendons et l’odeur de l’ensillage nous surprend. Deux par deux, nous prenons possession des clés de notre bungalow tout confort. Rendez-vous est fixé pour 11 heures pour une visite des lieux.

Le Kibboutz fut fondé en 1949, par 180 survivants de la Shoah qui se sont promis de perpétuer la mémoire de leurs camarades assassinés. Aujourd’hui 600 personnes vivent ici. L’industrialisation progressive des Kibboutz a modifié les relations entre les Kibboutzniks. On cultive les avocats, les orangers bio, les fruits exotiques (goyaves, mangues, caramboles), les grenadiers pour la cosmétique et la phytopharmacie. A Lohame Haguetaot, une grosse usine agroalimentaire basée sur le soja, a développé des saucisses végétariennes (Tivoll de Yarden).

A l’entrée du Kibboutz se situent, le Musée-mémorial en travaux de rénovation, le centre de séminaire du département Humanisme et démocratie, des salles d’exposition, une bibliothèque et centre de documentation, des ateliers et salles de réunion et projection... L’ensemble situé sur une butte en surplomb d’un amphithéâtre romain et de l’Aqueduc romain restauré ensuite par les ottomans, se poursuit jusque là, offrant au visiteur un panorama pittoresque. Au loin, nous apercevons les monts verdoyants de la haute-Galilée vers l’est, et la mer bleutée à l’ouest vers Akko. Nous sommes en Israël.

Après un repas bien mérité, tous nos repas furent excellents, nous entamons notre première montée : faire connaissance selon une formule originale. 1) Faire connaissance : Chaque participant se mettra au hasard près d’un autre, et chacun racontera son parcours qui le mène jusques ici ; ensuite, à tour de rôle chacun fera le portrait de son nouveau camarade de séminaire.

JPEG - 38.8 ko
Atelier par petit groupe.

Moi, je suis près de Jules : Jules avait 20 ans en 1940, il est né à Varsovie dans une fratrie de cinq, il est arrêté à Moissac et déporté avec son père et ses frères. Auschwitz, Buchenwald, la Marche de la Mort - Son parcours l’a conduit à consacrer sa vie de retraité au témoignage et à l’accompagnement des groupes scolaires à la visite des camps d’Auschwitz-Birkenau.

Pourquoi Jules a-t-il ressenti le besoin de suivre ce séminaire ? "-Je ne suis pas un pédagogue, je suis venu apprendre comment apporter mon témoignage." Jules sera avec nous durant toute la semaine, éclairant certains points de nos questionnements.

JPEG - 32.4 ko
Le témoignage de Jules.

Ce sont les histoires d’Andréa et de Xavier que j’ai noté, les voici : Andréa est argentine, vit à Assise en Italie et exerce le métier de régisseur de théâtre. Adolescente, elle fréquentait un lycée dont 50% des élèves étaient des enfants de nazis, et 50% autres étaient des Juifs, enfants de rescapés. Il arriva ce qui arriva, Andréa avait deux amis qui s’aimaient, David et Myriam, l’un était juif, l’autre fille de nazis. Les adolescents furent séparés par leurs parents respectifs, David partit pour Israël. Mais un jour, une lettre parvint chez Andréa...Myriam rejoignit David..en Israël.

Quant à Xavier, informaticien, époux d’Andréa, français vivant à Assise, se trouva un jour à une réception mondaine à Cracovie, en Pologne, en 2005. Xavier entendit au cours de la conversation, un jeune universitaire lacher une phrase qui dit "d’un chat qu’il est juif...s’il boude la saucisse qu’on lui propose." "Je suis venu ici, pour qu’un enfant de 23 ans qui sort de l’Université, ne soit pas capable de dire une phrase abominable."

Il y a Laurent le sociologue, Nelly professeur d’histoire lauréate avec sa classe, deux années consécutives d’un concours, Jocelyne, professeur de français dans une banlieue parisienne et qui souffre d’un environnement difficile, Nassima, maître de conférences d’Allemand et algérienne en exil forcé, dont le père fut prisonnier de guerre en Allemagne, il y a encore Nathalie, chargée de projet du Cercil [1] à Orléans et qui travaille à la conception d’un musée, et Monique [2], psychiatre, ancien enfant caché...impossible de tous les nommer, et nous quatre dont Marie-Antoinette [3], professeur d’histoire et conseillère municipale de Belfort, très impliquée dans tout ce qui touche à l’enseignement de la Shoah dans le Territoire.

Certains ont écrit un ouvrage ou réalisé des travaux, la plupart sont enseignants, tous sont motivés.

2) Mise en condition : Michal nous demanda de réfléchir à un film ou un livre qui avait particulièrement marqué nos esprits. On retrouva entre tous, des titres communs : "Mon ami Hans" (livre) - "Nuit et Brouillard" - "Le choix de Sophie" - "Comment devient-on bourreau ?" - "Pitchipoï" - Le travail d’un an réalisé avec ses élèves - "Holocauste" - "Shoah" -

Il faut distinguer les lectures et films traumatisants ("Nuit et Brouillard", "Le Choix de Sophie") de ceux qui construisent une mémoire positive ("Holocauste", "Le Pianiste", "La Maison de Nina").

3) Chaque module du séminaire fait l’objet d’un article séparé, reportez-vous au sommaire, pour accéder à l’ensemble.

4)Toute la semaine, nous fûmes pris dans un rythme soutenu, ponctué de pauses café/gâteaux, nous retrouvant parfois tard le soir avec l’intervenant du jour, pour partager sur une terrasse de bungalow, nos griottines de Fougerolles (en Haute Saône) rapportées dans nos valises.

JPEG - 54.1 ko
Visite au site archélogique de Meggido.
Devant les colonnes des Ecuries de Salomon.

Nos excursions et visites furent commentées par un guide professionnel ; nous avons eu la chance de découvrir les merveilles archéologiques de différentes époques (bibliques, romaines, byzantines, ottomanes, sur les sites de Meggido et Zippori [4] sur lesquels j’avais tant lu.

JPEG - 28.3 ko
Synagogue de Zippori ( III° S).
Vestiges de mosaïques qui font de cette synagogue richement ornée de représentations, un des fleurons de l’archéologie.

La visite du nouveau Yad Vashem, passage obligé et point fort de tout voyage en Israël, totalement rénové et repensé. La visite de la vieille ville de Jérusalem, deuxième point d’orgue où il fait bon flâner, visiter, respirer, observer, planter sa tente.

Le temps nous pressait, de notre promenade dans St Jean d’Acre, nous eûmes que le temps d’effleurer toutes les époques, du sommet de la citadelle croisée, au bout du quai où tant de conquérants vinrent : les Mamelouks, les Croisés, les Turcs-ottomans, Napoléon 1er, les Britanniques, mais aussi les réfugiés Bahaï (iraniens au XIX°s), les Arméniens, les rescapés Juifs des camps de la mort. Du Souk de Akko, nous avons fait provision d’épices, dattes, et souvenirs.

JPEG - 61.5 ko
Marchand d’épices kurde.
Souk de St Jean d’Acre.

5) Ce fut un séminaire qui ouvrit des perspectives et ébranla les lieux communs franco-français de l’enseignement et notamment vis-à-vis des minorités culturelles, de la Shoah, et d’Israël.

JPEG - 45.7 ko
Invitation au banquet du séminaire Yad Layeled

Parmi nos sujets d’étonnement : Chaque matin, des cars déversaient au Centre Humanisme et Démocratie, ainsi qu’au Musée, des groupes scolaires de jeunes israéliens, juifs religieux ou non, de musulmans et de druzes voilés ou non, de militaires, de policiers...tous venant dans le cadre de leur cursus de formation. Ainsi tous ces groupes sont formés à leur citoyenneté et à la démocratie. A travers Israël, deux centres accueillent ainsi les groupes, Yad Layeled en Galilée et Yad Vashem à Jérusalem.

Par ailleurs, le Musée est ouvert au public, on peut demander de visiter le centre. Ainsi, dans le souk de Akko nous avons rencontré deux personnes de Strasbourg étonnés de nous entendre parler français, tous les deux professeurs (par hasard !), renseignements pris, dès le lendemain ils vinrent faire la visite et s’intéressèrent au séminaire.

JPEG - 46.9 ko
Aéroport Ben-Gourion : l’heure de se quitter.

- Renseignements : Contactez Charlène +972 (0)4 995 80 17 ou Dany Keinan Responsable Culture +972 (0)52-4721237 danikeinan@walla.com

Retournez au Sommaire du Séminaire.


Yad Layeled - France

Ce séminaire mériterait d’être suivi également par des responsables de la politique et de la presse. Il est soutenu à 50% par la Fondation Marc Aron, et 50% par les dons récoltés par Yad Layeled-France.


[1] Centre de recherche et de documentation sur les camps d’internement et la déportatin juive dans le Loiret.

[2] Monique Novodorsqui, qui a recueilli les témoignages qui composent le remarquable ouvrage édité par le CERCIL "Pithiviers-Auschwitz, 17 juillet 1942, 6h15"

[3] Marie-Antoinette Vacelet, auteur de "Le Territoire de Belfort dans la tourmente (1939-1944) aux éditions du Cêtre.

[4] S’orthographie de diverses manières : Tsippori aussi.



Commentaires  (fermé)

Logo de Nadia Darmon.H
jeudi 1er décembre 2011 à 14h05, par  Nadia Darmon.H

Agenda

<<

2017

>>

<<

Mars

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272812345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

4 avril 2014 - Du 19 au 23 octobre 2014 Yad Layeled propose une formation pour les inspecteurs et les conseillers pédagogiques

Séminaire de formation Yad Layeled France Du 19 au 24 octobre 2014, l’association Yad (...)

9 septembre 2013 - Le sauvetage des enfants juifs, 1938-1945 sur France 5 tv

Remarquable film-documentaire disponible en ligne jusqu’au 15 septembre 2013. L’Oeuvre de (...)

7 mai 2013 - Secrets d’Histoire en Israël sur France 2 ce soir : Un homme nommé Jésus

Bonjour à toutes et à tous, "Nous sommes heureux de vous informer de la diffusion ce soir 7 mai (...)

29 avril 2013 - Film documentaire sur Moissac la Juste : "J’avais oublié"

Moissac la Juste Tout d’abord Moissac au début de la guerre est en zone libre, de nombreuses (...)

29 avril 2013 - Livre : Survivre, les Enfants dans la Shoah de Michèle Gans

"Survivre, les enfants dans la Shoah" de Michèle Gans, éditions Ouest-France "Le bien évident (...)

Météo

Belfort, 90, France

Conditions météo à 0h0
par weather.com®

Inconnu

°C


Inconnu
  • Vent :  km/h - N/D
  • Pression :  mbar tendance symbole
Prévisions >>