Le Cinéma et l’image comme outil pédagogique

par Raphaël Rosner, historien,
samedi 11 mars 2006
par Nadia Darmon.H
popularité : 1%
7 votes

Raphaël Rosner est historien, spécialisé de Manuel Ringelblum et du Ghetto de Varsovie, il travaille principalement sur l’image comme symbole.

L’atelier va se porter sur une analyse du film "Le Pianiste" de Roman Polanski, séquence par séquence. Ce film constitue un modèle d’histoire et de pédagogie, mettant en lumière l’homme.

Accéder au sommaire du séminaire.

"La Shoah offre un champ d’étude de l’homme qui va dans l’ultime, qu’il soit opprimé ou oppresseur. L’Histoire est le produit de celui qui la conçoit. Ici, l’essentiel de ce qui m’intéresse c’est l’homme.

Le Ghetto , un mot étrange. Il apparaît en Italie en 1516, à Venise. On lui donne plusieurs origines possibles : "Ghetto navo" nouveau quartier, "Getto" la fonderie de l’acier, ou "Gueth" l’acte de divorce dans la tradition juive mais qu’il faudrait entendre ici, par acte de divorce entre la société juive et chrétienne.

Les Allemands remettent en vigueur le ghetto, ce serait une décision de Hermann Göering qui avait étudié l’histoire des Juifs. Plus de 400 ghettos ont été créés par les Allemands. De toutes les sortes, ouverts, fermés, gardés ou non.

1) L’homme dans le ghetto : Qu’est-ce que ça signifie, vivre dans le ghetto ?

Roman Polanski a vécu dans le ghetto, et restitue fidèlement l’ambiance dans "Le Pianiste" (film.2002).

Le début du film : Le climat est une introduction au ghetto, les Polonais ne se rendaient pas compte de la situation à la veille de la déclaration de la guerre ; fin août, il faisait une journée merveilleuse. Une partie de la population polonaise est pro-allemande. Les Juifs vivent dans un climat d’antisémitisme permanent auquel ils sont habitués. On se dit que la Communauté juive survivra toujours à l’antisémitisme tel qu’on le concevait au XIX° siècle. Personne ne songeait que cet antisémitisme s’annonçait exterminateur.

* Film : Les scènes familiales : Etre ensemble, en famille, est un facteur essentiel. On survit ensemble. L’idée est de ne pas abandonner l’espoir, ni la confiance dans l’Europe, dans la France (on écoute la radio).

Le 27 septembre, les Allemands sont à Varsovie. Ce film est une fiction pure sur une base historique sérieuse. "Ce que l’homme fait est de déformer la réalité".(Bachelard) C’est le produit de la création artistique qui s’imprime à long terme dans les consciences.

* Film : La situation devient critique : Dans des situations de stress et de tension, chacun est tendu, le conflit éclate dans la famille : "où cacher l’argent ?".

Les Allemands procèdent par pallier. Qu’est-ce qu’un Juif pour les Allemands ? il faut voir à cet égard le film " Le Juif éternel ." Le Juif est celui qui incarne le "non-race" : un mélange "melting pot" insupportable et insurmontable pour les Allemands. Voir également "Cabaret". Au regard des Allemands, le Juif est "non-défini" donc porteur de tous les vices, porteur de typhus, il est dangereux ; c’est le motif pour créer le ghetto, et le faire accepter par la population.

* Film : " Café Interdit aux Juifs" : Les jardins sont interdits, les bancs, les cafés. Le brassard est imposé avec des variantes selon les chefs de district. Parfois il est sur la poitrine, parfois dans le dos comme à Lodz. Il est interdit de marcher sur les trottoirs. C’est une façon de discriminer les Juifs par rapport aux Polonais.

Il y a l’histoire de Sigmund Freud dont le père ne réagit pas, lorsqu’un jour, un antisémite l’interpelle ainsi : "Pourquoi tu ne salues pas ?" et le frappe. Alors que le père de Freud marchait sur le chemin. C’est un fait intrinsèque, tout homme se soummet à l’autorité, à l’uniforme, même quand c’est répressif.

* Film : On est dans le ghetto : Plus de radio, plus de manteau en fourrure, plus de nourriture...les moyens de subsistance se rétrécissent, et conduisent les Juifs à une passivité psychologique. Ils ne peuvent plus réagir.

Varsovie comptait 360 000 Juifs.

Là où l’image trahit la réalité : On ne voit pas les Allemands réquisitionner la maison bourgeoise de la famille.

Les SS et Himmler ont pour but de mettre la main sur l’économie allemande et exterminer les Juifs. Pour cela, on a besoin de l’industrie de guerre, on a besoin de la main d’oeuvre et de rendement.

Il y a débat entre les SS et les autres dignitaires du régime ; si on crée des ghettos, on risque de provoquer des mouvements de foule et d’avoir des masses improductives.

Le 1er ghetto date de 1939, à Piotkow, près de Lodz. Les industriels allemands s’y sont opposés au début. 80 000 Polonais sont obligés de quitter l’emplacement pour y installer les Juifs.

* Film : L’enfermement : Le 5 octobre 1941, interdiction de sortir du ghetto sous peine de mort. Les SS ne sont pas présents dans le ghetto, ils n’y rentrent que par intermédiaires. Ils n’interviennent qu’à des moments précis. Se sont retrouvés dans le ghetto de Varsovie environ 500 000 personnes, peut-être plus, peut-être moins, on ne sait pas.

Les gens vont vivre dans une promiscuité épouvantable. Le Pianiste bénéficie visiblement de soutiens car ils occupent un appartement. La règle était d’occuper chaque pièce à 15 personnes. Il n’y a plus d’espaces verts dans le ghetto, ils ont été retirés. Parfois, des gens arrivent à faire pousser quelque verdure sur les balcons, et louent des chaises. Il n’y a plus de radios, plus d’informations qui passent, les gens ne savent que ce qu’ils glanent.

A la grande colère des industriels allemands, le ghetto a été remanié 12 fois. Himmler, tout en voulant contrôler l’économie, la torpille. A partir de 1941, il n’y a plus de vivres. Le Dr Fischer coupe les approvisionnements du ghetto ; 5000 [1] personnes mouraient de faim, par mois.

Le ghetto de Varsovie est déjà une usine de mort ; ça n’allait pas assez vite. On voit comment les Allemands se comportent...il y eut un Procès à Varsovie, en 1965, celui de Klaus Klermayer ; il avait besoin de tuer 2 à 3 juifs, avant son petit déjeuner. Les soldats de la Wermarcht ne supportaient pas ce qu’ils voyaient. Les Allemands envoyaient des photographes.

C’est Goebbels [2] qui commandite le film "Le Juif éternel" [3] en 1940. On y présente les Juifs monstrueux et très forts.

La situation dans le ghetto est épouvantable. Certains arrivent de la campagne, miséreux, ils ont le scorbut, ils ont faim, les corps se déforment. On vole les vêtements, les gens sont nus.

* Film : Des Juifs s’enrichissent : Oui, car certains parmi les Juifs pensent que "Les Allemands doivent bien avoir besoin de nous, pour quelque chose qu’on peut leur fournir." Oui, mais pas pour les SS.

La SS et Himmler ont tout fait pour impliquer les industriels, aussi leur donnent-ils des grades élevés et honorifiques, comme par exemple le grade de général SS.

"Quand on n’a pas de pain, on n’achète plus de livres." Les intellectuels sont les premières victimes.

* Film : La Police juive : L’une des entités principales c’est le "Judenrat" , la police juive. "On a à manger, on croit qu’on est préservé."

Avant guerre, il existait une pègre, qui a pris un rôle plus prépondérant dans le ghetto, comme si ça ne les concernait pas ; c’est surréaliste, les valeurs changent entièrement.

Une femme a raconté que pour se rendre au rendez-vous que lui fixait son petit copain, elle passait au-dessus des cadavres, et du toit où ils se retrouvaient, ils regardaient en bas.

Les valeurs n’ont plus cours, c’est en dehors de nous, face à un monde complexe ; lors de tous les génocides, les valeurs humaines n’ont plus cours. C’est un message à faire passer ; on ne peut pas comprendre en fonction de nos paramètres.

Pourquoi le policier juif Heller, dans le film, veut-il aider cette famille ? On ne peut pas comprendre, il a ses raisons. Dans la même minute, il peut épargner comme condamner. On est dans le surréalisme total, il frappe l’un et sauve l’autre. Un homme se jette au sol pour lapper la nourriture tombée. L’homme est réduit au niveau des instincts, cela entraine la déchéance. Tous les rapports sont compliqués : agressé-agresseur, entre agressés, entre agresseurs...

L’exemple type de cette complexité et de ce surréalisme, c’est Rumkovsky, le dirigeant Juif du ghetto de Lodz, mégalomane, appelé "le Roi", fut-il bourreau ou sauveur ? Certains survivants disent qu’il aurait été poussé ...à gauche..à son arrivée à Auschwitz. Mais nous devons constater que le ghetto de Lodz fut le dernier à être liquidé, et que Rumkovsky l’a fait durer jusqu’en 1944. A quel prix ? Une photo parvenue jusqu’à nous, nous montre un vieillard bien habillé, portant l’étoile jaune, la tête couverte d’un chapeau élégant, les mains dans le dos en conversation avec un dignitaire nazi, la tête découverte, les yeux baissés. Un timbre [4] poste avait été imprimé à son effigie. Les enfants rédigeaient des poèmes, des saynettes de la fête de Pourim, dans lesquels Rumkovsky était représenté sous les traits du roi. Mais Rumkovsky envoyait tous ceux qui pouvaient travailler, ou paraissant l’âge de pouvoir travailler, dans des ateliers sensés produire pour l’armée allemande. Le Ghetto de Lodz ne s’est pas révolté.

Mais Rumkovsky [5] a donné les enfants, les bouches inutiles. Cela, personne ne lui a pardonné [6].

* Film : La Résistance juive : Manuel Ringelblum est le responsable du Joint [7] à Varsovie. Le Bund [8] comprend ce qui se passe dès 1935. Le Bund à l’époque est aussi puissant que la SFIO en France. Le Bund va mettre en place une organisation d’entraide très tôt, avec des comités d’immeuble avec des structures de survie, comme une cuisine populaire, des Journaux Juifs édités dans le ghetto.

Je l’ai dit, les valeurs changent, ce sont les enfants, les petits, qui prennent la place des adultes. Le ravitaillement passe par eux, ceux qui peuvent se faufiler dans des trous. C’est un enfant de 8 ans qui fait fuir des Juifs du ghetto de Minsk.

On vit en proximité avec la mort. A partir de 1942, ce sera la Terreur.

Le Hasard et la Shoah : c’est fondamental.

Retourner au sommaire du séminaire.


Pour tous renseignements sur le Séminaire Yad Layeled, cliquez sur le lien en haut de page, ou consultez : www.gfh.org.il Contact : mgans@gfh.org.il

Un sommaire de l’ensemble du séminaire vous donne accès aux autres modules.


[1] Selon les rapports des médecins du ghetto.

[2] Responsable de la propagande du Reich.

[3] Attention, ce film n’est recommandé qu’auprès d’une population avertie de 17/18 ans.

[4] En exposition au musée Yad Layeled.

[5] L’assistance est suspendue aux mots du narrateur, "Mais qu’a-t-il fait pour se faire haïr à ce point ?"

[6] Nous connaissons un rescapé du ghetto de Lodz, qui a de nombreuses fois témoigné dans les collèges et lycées, nous ne l’avons jamais entendu parler de Rumkovsky, mais il avait évoqué qu’un jour les familles durent amener sur la place tous les enfants de moins de 6/8 ans.

[7] Organisation juive américaine qui vient en aide à la Résistance juive, en faisant parvenir des fonds, et parfois des hommes.

[8] Mouvement juif communiste important.



Commentaires  (fermé)

Agenda

<<

2017

>>

<<

Mai

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

4 avril 2014 - Du 19 au 23 octobre 2014 Yad Layeled propose une formation pour les inspecteurs et les conseillers pédagogiques

Séminaire de formation Yad Layeled France Du 19 au 24 octobre 2014, l’association Yad (...)

9 septembre 2013 - Le sauvetage des enfants juifs, 1938-1945 sur France 5 tv

Remarquable film-documentaire disponible en ligne jusqu’au 15 septembre 2013. L’Oeuvre de (...)

7 mai 2013 - Secrets d’Histoire en Israël sur France 2 ce soir : Un homme nommé Jésus

Bonjour à toutes et à tous, "Nous sommes heureux de vous informer de la diffusion ce soir 7 mai (...)

29 avril 2013 - Film documentaire sur Moissac la Juste : "J’avais oublié"

Moissac la Juste Tout d’abord Moissac au début de la guerre est en zone libre, de nombreuses (...)

29 avril 2013 - Livre : Survivre, les Enfants dans la Shoah de Michèle Gans

"Survivre, les enfants dans la Shoah" de Michèle Gans, éditions Ouest-France "Le bien évident (...)

Météo

Belfort, 90, France

Conditions météo à 13h00
par weather.com®

Soleil voilé

22°C


Soleil voilé
  • Vent : 11 km/h - nord nord-est
  • Pression : 990 mbar tendance symbole
Prévisions >>

Prévisions du 24 mai
par weather.com®

Soleil et nuages épars

Max 22°C
Min 11°C


Soleil et nuages épars
  • Vent : 9 km/h
  • Risque de precip. : %
<< Conditions  |  Prévisions >>

Prévisions du 25 mai
par weather.com®

Soleil voilé

Max 23°C
Min 10°C


Soleil voilé
  • Vent : 17 km/h
  • Risque de precip. : 10%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 26 mai
par weather.com®

Soleil

Max 25°C
Min 12°C


Soleil
  • Vent : 17 km/h
  • Risque de precip. : 10%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 27 mai
par weather.com®

Soleil

Max 28°C
Min 14°C


Soleil
  • Vent : 8 km/h
  • Risque de precip. : 10%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 28 mai
par weather.com®

Soleil voilé

Max 30°C
Min 16°C


Soleil voilé
  • Vent : 4 km/h
  • Risque de precip. : 20%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 29 mai
par weather.com®

Soleil et nuages épars

Max 27°C
Min 15°C


Soleil et nuages épars
  • Vent : 11 km/h
  • Risque de precip. : 10%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 30 mai
par weather.com®

Orage épars

Max 23°C
Min 13°C


Orage épars
  • Vent : 8 km/h
  • Risque de precip. : 60%
<< Prévisions