"L’Aktion Reinhardt" : Treblinka, 400 jours, juillet 1942-automne 1943

par Michal Gans, directrice du département international de Yad Layeled
dimanche 14 mai 2006
par Nadia Darmon.H
popularité : 30%
10 votes

L’Opération Reinhardt : "Réseau de centres industrialisés de mise à mort des Juifs pour rendre l’ensemble des territoires sous contrôle allemand "judenrein". (Voir discours de Himmler...), à partir du printemps 1942 (après Belzec et Sobibor) dans une zone forestière proche de la ligne ferroviaire Varsovie - Bialystok, Treblinka, qui y occupait la surface d’une "exploitation agricole" de moyenne dimension, (400m x 600m, soit 25 hectares environ) est "prêt à fonctionner" à partir de la mi-juillet de la même année."

Accès au Sommaire du Séminaire Yad Layeled Février 2006.

"L’Aktion Reinhardt" : Treblinka, 400 jours, juillet 1942-automne 1943

(Lettre du Dr Eberl) [1]

Localisation du camp d'extermination de Treblinka où furent assassinés 900 000 Juifs "Le dernier transport connu arrivant à Treblinka est arrivé le 19 Août 1943, 17 jours après la révolte [2]. La période située entre cette date et la fermeture définitive du camp (25 octobre) a du être consacrée à l’effacement des traces. En l’absence de tout survivant nous n’avons aucune information. La seule provient de Franciszek Zabecki [3]signalant le convoir de cinq wagons de "prisonniers" juifs vers Sobibor le 25 octobre (tous assassinés à l’arrivée) et l’installation, début novembre, sur le "site" d’un "fermier" ukrainien du nom de Strebel qui touchait une rente pour l’entretenir, jusqu’à l’arrivée des troupes soviétiques. [4]

Cette « chaîne à produire des morts Juifs » a donc fonctionné pendant 400 jours.

JPEG - 17 ko
Instrument de punition
Musée des Combattants des Ghettos/ Beit Lohamei Haghetaot/Israël.

Dans le film de Claude Lanzmamm "Shoah" , Franz Suchomel, (SS collaborateur de Stangl, affecté au camps à partir du 20 août 1942 jusqu’à sa fin) définit ainsi la différence entre Auschwitz, Belzec et Treblinka : "Auschwitz..était une usine !", "Treblinka, c’était une chaîne de mort, primitive, certes, mais qui fonctionnait bien", Belzec, était le laboratoire. C’et Wirth lui-même qui commandait le camp. Et Wirth a fait là-bas tous les essais imaginables...et fort de cette expérience, il est arrivé à Treblinka".

Sur les "performances" de cette "chaîne" les statistiques divergent. Au 1er procès "Treblinka" à Düsseldorf, le tribunal avance le chiffre de 750 000 victimes, au 2ème procès, celui du commandant de Treblinka, Stangl, on retient 900.000. C’est aujourd’hui le chiffre allemand "officiel". Cependant le chiffre le plus probable est de 1.200.000. C’est le chiffre affirmé par le cheminot polonais Franciszek Zabecki, contrôleur à la gare ferroviaire de Treblinka pendant toute la période [5], par Rachel Auerbach, historienne, survivante du ghetto de Varsovie et une des premières à avoir entrepris des recherches sur Treblinka, corroboré par le témoignage de Samuel Rajzman à Alexandre Donat [6] : « J’ai été témoin d’une fête donnée par les SS pour célébrer l’arrivée du millionième juif à Treblinka, et ceci bien avant le fin des activités du camp » [7].

L’existence (relativement) brève de Treblinka comporte malgré tout plusieurs phases de fonctionnement qu’il est important de connaître car elles aident à rendre compte aussi bien les variantes de certains témoignages que - à travers cette évolution - les développements des phases la mise en oeuvre de la "Solution Finale".

Ne nous faisons pas d’illusions, nous évoquons ici « "la réalité d’un enfer qu’aucun de nous ne peut réellement partager, mais (en rendre compte) c’est le moins que nous dussions faire [8]". »

JPEG - 34.7 ko
Vêtement du déporté
Musée des Combattants des Ghettos en Galilée/ Beit Lohamei Haghetaot.

Les 4 "phases" de la durée de Treblinka se fondent sur l’entretien de Richard Glazar, Juif tchèque, arrivé à Treblinka en octobre 1942 et survivant de la révolte. La chronologie de R.Glazar qui était "employé" dans le "camp du bas" recoupe celle de Yankel Wiernik, seul rescapé à avoir travaillé dans les deux zones du camp et à avoir écrit son témoignage dans les semaines qui ont suivi son arrivée à Varsovie après avoir survécu à la révolte.*

Aujourd’hui, le "site" de Treblinka est un vaste champ de pierres. Sur chacune d’elles figure le nom d’une communauté disparue. Une place particulière a été réservée à la mémoire de Janusz Korczak et des 200 enfants de son orphelinat assassinés début août 1942 ainsi qu’à la communauté juive de Varsovie, engloutie dans la "chaîne de mort primitive" de ce lieu dantesque et dont, contrairement aux intentions des bourreaux, on peut aujourd’hui, en dépit des difficultés, retracer l’histoire.


Documents joints :

1) Chronologie des 4 phases de Treblinka, 2) Témoignages datant des diverses périodes, 3) Les procès - allemands - israéliens - américains - 4) Opération Reinhard, les "Protagonistes", 5) Aperçu bibliographique et sources.

- On trouvera dans les témoignages croisés de certaines périodes de la vie du Camp, en particulier l’arrivée des convois, l’effacement des traces et la révolte,
- Dans les procès, on trouvera les noms des bourreaux de Treblinka et les peines que la justice allemande prononça à leur encontre.


Devant la maquette de Treblinka

Réalisée (1953) par Yankel Wiernik, au Musée des Combattants des Ghettos en Galilée. Yankel Wiernik survivant et témoin au Procès Eichmann (Jérusalem 1961), la maquette fut présentée comme pièce de l’accusation.

"Nous sommes dans la partie la plus sombre du Musée des Combattants des Ghettos, là où Michal Gans va nous parler de l’Opération T4, et de l’Opération Reinhardt.

JPEG - 48.5 ko
Devant la maquette de Treblinka
de Yankel Wiernik (1953), au Musée Beit Lohamei Haghetaot en Galilée.

L’Opération Reinhardt marque l’accélération de la mise en oeuvre du projet d’éradication des Juifs d’Europe et du gouvernement de la zone autonome "fantoche" "Franck" jugé au Procès de Nuremberg. Avant de regrouper les populations juives en ghetto, ils étaient rassemblés le long des voies de chemin de fer où s’établissait un ghetto. C’est l’été 1941 que tout bascule, c’est l’Opération "Barbarossa", Cracovie est sous l’administration du Gouvernement Général de Pologne, pas Auschwitz.

Le déroulement de l’Opération T4 est ralenti par l’intervention de l’Eglise, et met au "chômage" Odilo Globocnik et les 400 personnes (dont 150 du T4) qui siègaient à Lublin, et étaient affectés au personnel d’encadrement de 4 camps.

L’Opération Reinhardt correspondait à la mise en place d’unités de fabrication dont le produit fini était des cadavres Juifs. Ce qui diffèrait des Camps de Concentration qui ne constituaient pas la même chaîne de production mais où les déportés mouraient aussi.

Tout était à inventer, alors au début on bricolait, l’expérience du T4 (l’Opération Euthanasie) fut déterminante.

A Chelmno, on a commencé avec les gaz d’échappement "les Vanettes" , mis en place par Christian Wirth [9], particulièrement abominable, et dont le commandant de Treblinka disait qu’il était "une bête humaine". Le procédé limitait les possibilités. On passa au gaz moteur. Le deuxième procédé fut utilisé à Belzec, puis Sobibor, puis Treblinka.

Devant une assistance attentive mais qui s’émeut des descriptions, Michal précise : "Je suis obligée de vous en parler du point de vue de l’organisation, sinon je ne peux pas parler. Je me sens sale après."

Sobibor est le plus accompli. Belzec était le laboratoire de Wirth. Tréblinka était une usine rudimentaire qui fontionnait très bien. Treblinka construit au printemps 1942 et achevé en juillet 1942, représentait 400 m x 600 m. Eberl [10], le premier commandant de Treblinka, ancien du T4, est un zélé sans limites. Il annonca à Globocnik qu’ils seraient prêts fin juillet : la liquidation du Ghetto de Varsovie put commencer.

Quand les Russes arrivèrent fin Août 1944, le Camp de Treblinka avait été transformé en une grosse ferme, donné en affermage après sa fermeture. Mais on n’y vit pas.

Les Allemands ne se salissent pas les mains, ils sous-traitent aux Ukrainiens et aux Juifs eux-mêmes. A Treblinka, il y a une trentaine d’Allemands, 200 Ukrainiens environ, parfois sont-ils à cheval.

Le jour de la Révolte, il y avait 400 Juifs survivants dans une partie du camp et 300 Juifs dans le Camp de la mort. Seuls survivants du Million [11]de Juifs effacés de la Terre, en 400 jours. Un témoignage dit qu’il a vue une fête organisée par les Allemands pour fêter le millionnième Juif. A Treblinka on n’utilisait pas le Zyclon B, développé par Hoess et avec lequel Wirth (prônant le gaz moteur) avait une querelle de procédé.

La moitié des Juifs assassinés ne le furent pas par Zyclon B.

La ligne de chemin de fer ordinaire longeait le Camp et allait à Bialystock. (Accès photos aériennes et chemin de fer).

- Maquette réalisée par Yankel Wiernik. Maquette du camp d'extermination de Treblinka réalisé par un survivant Yankel Wiernik

Yankel Wiernik avait fait partie du Bund et était allé en Sibérie. A la Révolution russe, il s’installa à Varsovie où il exercait le métier de charpentier. Il fut raflé le 23 août 1942. Tout s’accélèra et tous furent tétanisés par la rapidité des opérations.

Ainsi témoigne Yankel Wiernik : "Lorsque j’ai été raflé, je n’avais sur moi qu’un pantalon, une chemise et une paire de pantoufles...à la maison j’avais préparé un sac à dos, avec des bottes, car je savais qu’on nous emmènerait travailler en Ukraine...Je crois que tout le peuple Juif a été arrêté en pantoufles ! Comment réagir en pantoufles, buvant du thé ?"

D’une partie du Camp à l’autre, c’est deux histoires différentes. De l’Aktion Reinhardt qui concerna 2 millions et demi de personnes, il y eut 82 survivants, des 750 révoltés de Tréblinka, 50 survivants pourront témoigner. Toute l’Opération en référait directement à Himmler et Hitler, court circuitant toute la chaîne administrative.

Il existait un Treblinka 3, de type pénal.

On a liquidé 300.000 personnes du Ghetto de Varsovie, avec 3 chambres à gaz. On coupait les trains et on emmenait 20 wagons de 100 personnes. Les chambres à gaz fonctionnaient avec des moteurs soviétiques rudimentaires.

La Maquette de Treblinka : Maquette de Treblinka/Détail de la fausse gare/ réalisée par Yankel Wiernik

Wiernik n’a pas pu mettre des gens dans la maquette. Les barrières barbelées faisaient 3 m de hauteur. Vous voyez, les trains arrivaient dans une gare en trompe l’oeil, et les rails se poursuivaient un peu pour tromper, mais ils n’allaient nulle part. Richard Glazar dit en allemand : "Nous étions coincé derrière une barrière verte", autour de la barrière, des feuilles vertes recueillies dans la forêt.

JPEG - 36.9 ko
Barrière verte à Treblinka
Maquette de Yankel Wiernik (1953), Musée des Combattants des ghettos.

Combien cela prenait-il d’évacuer les wagons jusqu’à la chambre à gaz : une 1/2 heure - confirmé par Stangl [12]. Eberl était plus efficace pour éliminier les Juifs que trier les dépouilles, et s’avère incompétent dans le gestion de l’élimination : Accumulation des corps, odeur, hauteur des biens traités, risque d’évasion...Eberl mal organisé, est démis de ses fonctions et Stangl le remplace, secondé de Kurt Franz dit "La Poupée" lui même accompagné d’un chien "Barry".

Stangl met de l’ordre, répartit les tâches, marque les déportés de brassards de couleur par équipe de travail. Wiernik qui s’était joint à l’équipe de nettoyage, ne le peut plus. Stangl trouve que ce n’est pas assez "joli", et s’attache à enjoliver la partie réservée aux Allemands, d’où les espaces verts, le zoo, l’embellissement de la rue réservée.

1) Le Camp des Allemands et des Ukrainiens, 2) Le Camp de tri dont Richard Glazar dit qu’ils survivaient tant qu’il y avait des arrivées. Kurt Franz invente un Hymne de Treblinka : "Le chant de Treblinka". 3) Le Camp de la mort.

Yankel Wiernik, charpentier, va être chargé de construire un bâtiment en briques, avec un Maguen David [13] au fronton, sur le modèle d’une Synagogue polonaise, et un rideau de velours rouge à l’intérieur et des pots de fleurs à l’extérieur : Il s’agit de 10 chambres à gaz.

JPEG - 17.4 ko
Synagogue en trompe l’oeil
Maquette de Treblinka de Yankel Wiernik (1953), Musée des Combattants des Ghettos en Galilée.

Dérision ? Sublimation ? On ne sait pas.

Voir "Opération 1005" du CRIF.

Dans le Camp de la mort, nombreux sont ceux qui se suicident, ce qui n’est pas du goût des Allemands qui ne veulent être les seuls maîtres en matière de mort. Ils réorganisent le fonctionnement afin d’empêcher les suicides.

Là, il n’y a pas de cendres [14], puisque qu’on pilonne les restes calcinés.

JPEG - 48 ko
Photo prise au camp de Treblinka
Monceaux d’ossements réduits en poussière. Musée Beit Lohamei Haghetaot en Galilée.

A Treblinka furent acheminés des convois venant de Grèce, et deux convois de Tziganes.

Wiernik est le seul survivant ayant circulé entre les deux camps.

Le 2 Août 1943 - La Révolte est donnée -

Des baraques brûlent. 750 personnes s’enfuient dont Wiernik lequel accueilli par la Résistance polonaise, survivra. Il a écrit en Polonais. C’est le premier document contemporain des événements. Ce document passe en Grande-Bretagne, aux USA, il est traduit la même année en anglais.

Les derniers détenus de Treblinka meurent à Sobibor.

Stangl a dit que l’Allemagne avait payé l’acier suédois avec l’argent récolté à Treblinka.

Les 50 survivants de la Révolte ont toujours témoigné. C’est pourquoi qu’on en sait plus sur Treblinka, que sur Belzec ou Sobibor.

Le témoignage de Wiernik fut essentiel au Procès Eichmann. La plupart des survivants sont venus en Israël, on perd la trace de quelques uns ; aujourd’hui, 4/5 survivants vivent encore, en Israël.

Accès au Sommaire du Séminaire Yad Layeled Février 2006.


31 mars 2014 - Des fouilles récentes mettent à jour la preuve de l’existence des chambres à gaz de l’usine de mort au camp de Treblinka.

Ces fouilles ont été dirigées par Caroline Sturdy Colls, spécialiste d’archéologie médico-légale et de holocauste, lesquelles ont mis à jour les preuves que les nazis avaient tenté de détruire en 1943 jusqu’à l’existence du camp de Treblinka où plus de 900.000 Juifs ont été exterminés.

Caroline Colls et son équipe ont déterré des briques et des fondations de chambres à gaz ainsi qu’une quantité massive d’os humains. Ces informations ont été révélées dans le documentaire "Treblinka : la machine à tuer d’Hitler" diffusé le 29 mars dernier sur la chaîne de télévision américaine Smithsonian.

Lorsque l’équipe d’archéologues a commencé à creuser, ils ont découvert des chaussures, des munitions et des os. Caroline Sturdy Colls et son équipe ont mené quatre fouilles à Treblinka II, où ils ont trouvé des briques et des fondations de chambres à gaz. Les fouilles ont également révélé plusieurs carreaux orange qui correspondent à des descriptions de l’intérieur des chambres à gaz faites par des témoins oculaires. Simulacre du carreau à l'étoile de David parmi les fouilles au camp de Treblinka par l'équipe de Carloline Sturdy Colls. Chaque carreau est gravé d’une étoile de David. Ce qui, probablement faisait partie du stratagème des nazis, faisant croire aux Juifs qu’ils allaient se laver avant de prendre le train, dans cette fausse gare. Il y avait deux chambres à gaz à Treblinka. La première avait une capacité d’environ 600 personnes, la deuxième de plus de 5.000."

Précision : "Il y avait deux camps. Treblinka I, camp de travail forcé où les déportés fabriquaient du gravier qui servait à "l’effort de guerre nazi". Treblinka II, juste à côté, était une usine de la mort déguisée en fausse gare de transit vers "une nouvelle vie en Europe de l’est" où les Juifs pouvaient acheter de faux billets, où il y avait une fausse horloge et un orchestre à l’entrée des chambres à gaz."

Source : I24 News.fr : cliquer ici


Yad Layeled - France

"Le matériel rassemblé, écrit, traduit et/ou mis en forme par Michal Gans, pour le Séminaire francophone, sauf pour les citations extraites du livre de Guitta Sérény. La traduction - du polonais- du témoignage de Yankel Wiernik est l’oeuvre de Sarah Shipper-Bouskela. Février 2006.

En cliquant sur les liens, accès au Sommaire des différents modules du Séminaire pour Enseignants francophones Yad Layeled, de Février 2006, au Kibbutz Beit Lohamei Haghetaot/Galilée/Israël. www.gfh.org.il Contact : Michal Gans, mgans@gfh.org.il


[1] 1er commandant de Treblinka, lettre adressée au Dr.H Auerswald responsable de la liquidation du Ghetto de Varsovie, l’informant que le camps serait "opérationnel" à partir du 11 juillet 1942.

[2] Voir témoignage de F.Zabecki ci-joint.

[3] voir son témoignage.

[4] Rapport de Globocnik à Himmler du 5 janvier 1944.

[5] voir son témoignage en document joint.

[6] Voir Bibliographie sur Treblinka, en document joint.

[7] A.Donat, The death camp Treblinka, New York, 1979, p.14

[8] Gitta Sereny, Au fond des ténèbres, 2ème ed.Denoël, 1993, p.157 ;

[9] Voir doc joint : Les Protagonistes.

[10] Voir document joint : Les Protagonistes.

[11] Chiffre allemand)

[12] Second commandant de Treblinka. Voir document joint : les Protagonistes.

[13] Etoile de David.

[14] Lire : "Les enfants du chemin noir" en russe, de Vassili Grossmann, "Le Livre noir" en français.



Documents joints

Chronologie de la durée du Camp de Treblinka
Chronologie de la durée du Camp de Treblinka
Les 4 phases : du 23 juillet 1942, au 2 août 1943 la Révolte.
Témoignages de Treblinka
Témoignages de Treblinka
Datant des diverses périodes : de Yankel Wiernik, Avraham Kréepicki, Pavel Vladimirovitch (...)
Les Procès concernant Treblinka
Les Procès concernant Treblinka
Les Procès allemands, israélien, américains.
Opération Reinhardt, les "Protagonistes"
Opération Reinhardt, les "Protagonistes"
O.Globocnik, Ch.Wirth, Dr.I.Eberl, F.Stangl, K.Franz.
Aperçu Bibliographique
Aperçu Bibliographique
Ouvrages, articles, minutes des procès, film, en français, en anglais. Sources et sources (...)

Commentaires  (fermé)

Agenda

<<

2017

>>

<<

Mars

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272812345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

4 avril 2014 - Du 19 au 23 octobre 2014 Yad Layeled propose une formation pour les inspecteurs et les conseillers pédagogiques

Séminaire de formation Yad Layeled France Du 19 au 24 octobre 2014, l’association Yad (...)

9 septembre 2013 - Le sauvetage des enfants juifs, 1938-1945 sur France 5 tv

Remarquable film-documentaire disponible en ligne jusqu’au 15 septembre 2013. L’Oeuvre de (...)

7 mai 2013 - Secrets d’Histoire en Israël sur France 2 ce soir : Un homme nommé Jésus

Bonjour à toutes et à tous, "Nous sommes heureux de vous informer de la diffusion ce soir 7 mai (...)

29 avril 2013 - Film documentaire sur Moissac la Juste : "J’avais oublié"

Moissac la Juste Tout d’abord Moissac au début de la guerre est en zone libre, de nombreuses (...)

29 avril 2013 - Livre : Survivre, les Enfants dans la Shoah de Michèle Gans

"Survivre, les enfants dans la Shoah" de Michèle Gans, éditions Ouest-France "Le bien évident (...)

Météo

Belfort, 90, France

Conditions météo à 0h0
par weather.com®

Inconnu

°C


Inconnu
  • Vent :  km/h - N/D
  • Pression :  mbar tendance symbole
Prévisions >>