"Noirs dans les camps nazis"

Critique du livre de Serge Bilé, éd. Le Serpent à Plumes.
jeudi 12 mai 2005
par Nadia Darmon.H
popularité : 1%

Des "Noirs" furent pris dans les nasses des lois racistes de Vichy et en Allemagne, subirent la déportation. Furent-ils oubliés de la mémoire ? Serge Bilé fait acte de justice en restaurant cette mémoire.

« Noirs dans les Camps Nazis » De Serge Bilé, Vient de paraître aux éditions le Serpent à Plumes

C’est toujours primordial de mettre l’accent sur le point d’origine d’un événement qui va faire basculer la civilisation dans l’horreur, Serge Bilé  [1] rappelle dans son opuscule l’épisode de la colonisation de la Namibie par les Allemands en 1870, qui s’illustrera par la réduction en esclavage de la population composées de plusieurs ethnies, à des fins d’exploitation des gisements de minerais précieux, et la décision d’exterminer le peuple Herero qui se rebella en 1904 [2] : "Toute notre docilité et notre patience envers les Allemands ne nous servent à rien, car chaque jour ils nous fusillent pour rien(...)"]] et infligea aux Allemands quelques pertes en hommes et en matériels, une humiliation que les Herero vont payer très cher, puisque Von Trotha "lance dès le 2 octobre 1904, aussi incroyable que cela puisse paraître, un ordre d’extermination (Vernichtungsbefehl) à l’encontre des Herero ["(..) Tout Herero aperçu à l’intérieur des frontières allemandes (namibiennes) avec ou sans arme, avec ou sans bétail, sera abattu. Je n’accepte aucune femme ni aucun enfant. Ils doivent partir ou mourir. Il n’y aura aucun prisonnier mâle. Tous seront fusillés. Telle est ma décision pour les Herero."(Tristan Mendès-France, "Le Massacre des Herero de Namibie, ProChoix n°19, 2001. Notes de Serge Bilé.]].

En général, le traitement que subissent les populations colonisées est le misérable reflet des philosophies et des connaissances anthropologiques (toujours limitées) qui s’attachent à chaque époque concernée, sans que le doute ou la simple humanité ne vinssent adoucir leur sort. La raison politique et les intérêts ont laissé faire les basses besognes. L’Eglise et l’occident imbus de leur « supériorité » présumée n’ont jamais su à travers l’histoire, discerner cette simple humanité qui donne à la Justice et à la dignité humaine tout son sens. La culpabilité politique de la criminalité d’Etat est une notion neuve issue de la Shoah, mais elle ne disculpe en rien les hommes qui en ont été les instruments, ni ceux responsables des génocides antérieurs.

Bismark a nommé en 1884 le gouverneur civil de la Namibie, Heinrich Goering, le père de Hermann Goering , qui emploiera des méthodes de colonisation brutale pour atteindre à ses objectifs - déplacement des populations, réserves raciales, esclavage, exécutions sommaires, confiscation des terres et du bétail. Le chef Herero, Samuel Maharero exhorte les siens au soulèvement, en 1903. En 1904, c’est le général Lothar von Trotha qui lance « un ordre d’extermination (Vernichtungsbefehl) à l’encontre des Herero.(...) « ..Je n’accepte aucune femme ni aucun enfant. Ils doivent partir ou mourir. Il n’y aura aucun prisonnier mâle. Tous seront fusillés. Telle est ma décision pour les Herero . » Le génocide Herero s’élèvera à 60 000 morts, les 15000 restants, essentiellement des femmes, seront regroupés dans des « Konzentrationlager », des camps de concentration, terme utilisé pour la première fois dans un télégramme de la chancellerie daté du 14 janvier 1905. » Les mauvais traitements et la malnutrition viendront à bout des Herero, sur lesquels les Allemands ont réalisé aussi des expérimentations pseudo-médicales, dirigées par le docteur Eugen Fischer ; dissections, prélèvement de crânes, stérélisations, il est de ceux qui façonne la pensée raciale du nazisme avec son chapelet sur la race pure et l’eugénisme. On retrouvera Eugen Fischer à la direction de l’institut d’anthropologie, d’hérédité humaine et d’eugénisme de Berlin, à l’avènement de Hitler. Il collaborera avec Josef Mengele à la pratique à plus grande échelle d’expérimentations dans les camps nazis.

Noirs dans les camps nazis , rapporte au lecteur des parcours d’hommes et de femmes noirs qui ont été déportés, alors qu’ils se trouvaient soit en Allemagne pour y travailler parfois mariés à des allemand(e)s, soit de passage en Allemagne, soit arrêtés et déportés pour résistance, soit prisonniers de guerre.

La genèse de la déshumanisation des populations dites « inférieures », remonte loin dans le temps, on peut se rappeler l’Exposition Universelle de 1900 à laquelle la Belgique donna à voir au public, une reconstitution vivante d’un village africain, en 1877 circule entre Paris et Berlin, une « exhibition » itinérante de « peuples exotiques », une exposition coloniale avec « trente-trois femmes sauvages du Dahomey », puis le summum d’un zoo humain à Berlin, à Paris, dans la belle Europe du début du siècle. Ce sont les conséquences de cette tentation tenace de vouloir marquer l’existence d’une inégalité biologique, et de la faire confirmer par des travaux pseudo-scientifiques qui ont conduit à une abomination. Mais aussi, le droit tenace que s’arogent des idéologies quand elles viennent à détenir le pouvoir, de décider de l’extermination d’une population entière, sans tremblement de l’âme, ainsi en fut-il pour le peuple Arménien en 1915, par les Turcs.

La Bible pourtant a établi clairement l’égalité entre les êtres humains, par une unique filiation, débarrassant à jamais l’humanité de son mal premier. Mais laissant à l’homme la charge d’affirmer et d’exercer cette égalité, comme une preuve de sa liberté.

Malgré la Controverse de Valladolid qui reconnut l’humanité des Amérindiens, l’abolition de l’esclavage, le siècle des Lumières et l’émancipation de tous les sujets, la civilisation entretient le mythe de la race et en fait un instrument de l’horreur et de domination.

« Celui qui offense un homme de garde ou un SS, celui qui, dans un esprit de révolte, refuse d’obéir ou de travailler, celui qui abandonne par révolte la colonne ou le lieu de travail, celui qui siffle pendant une marche ou pendant le travail, celui qui ricane ou parle, sera fusillé sur-le-champ comme émeutier ou sera condamné à mort par étranglement. »

« Ce règlement clair et sans appel, affiché à l’intérieur du camp de concentration de Buchenwald, en dit long sur la dureté des lieux. Un camp en apparence comme les autres, avec ses barbelés électrifiés, ses miradors, ses fours crématoires. Sauf qu’ici les nazis ont poussé l’horreur jusqu’à faire des déportés de véritables cobayes humains. Des cobayes sur lesquels ils tenteront toutes sortes d’expériences médicales, de la stérilisation à l’inoculation du typhus en leur faisant des injections de poux infectés. » [3]

Mais si Serge Bilé a tenu à faire cette mise au point historique et plein d’intérêt, selon laquelle des hommes et femmes noirs ont été déportés, et que ce processus de déportation et d’anéantissement d’une population entière et distincte des autres a pris naissance en Namibie à l’endroit du peuple Herero ; il utilise des tournures de phrases qui laissent penser que son intention dans cet ouvrage n’est pas claire.

Très vite le lecteur ressent un malaise lorsque l’auteur dit à peu près ceci : "c’est étrange, les déportés ne se souviennent pas avoir vu des noirs dans les camps de concentration..sont-ils amnésiques sur ce sujet là ? ils n’ont pas voulu voir !" que veut dire Serge Billé par là ? que les déportés doivent absolument se souvenir, que leur souvenir est sélectif voire discriminatoire ? on peut répondre qu’ils ne furent certainement pas nombreux, d’ailleurs l’auteur ne peut pas donner d’estimation (il avance une dizaine au camp de Buchenwald). Par conséquent, s’ils ne furent pas nombreux, combien peut-il rester d’anciens déportés susceptibles de se souvenir d’un homme noir ! Alors qu’ils souffraient tous de la même façon, de l’inhumanité, de la faim et de la vermine, des coups et des injures, du même sang rouge et des mêmes larmes de sang noir. Il dit aussi que les déportés "noirs" n’ont pas été reconnus en tant que noirs, puisqu’ils ont été mentionnés par les Allemands, sous leur nationalité et non pas sous une désignation d’appartenance raciale.

Certes, ce livre fait acte de justice en rappelant que le génocide des Herero annonçait une idéologie de l’horreur que personne n’a vue, parce qu’ils étaient africains. L’ouvrage rappelle aussi, l’horreur des camps nazis, à travers le parcours de ceux qui y furent déportés en tant que "noirs" pour certains, et leur statut d’infériorité par rapport à d’autres déportés parce que noirs.

Nous savions M. Bilé, que dans l’échelle des valeurs nazies, il y avait un régime "adapté" à chaque catégorie de déportés ; les camps d’extermination étaient réservés aux Juifs et aux Tziganes.

Ce petit ouvrage crée un malaise dans son écriture qui gache le travail de mémoire, et montre une ingratitude vis à vis des autres déportés, est-ce juste ? Permettez-moi de m’interroger. Dommage, Monsieur Bilé !


[1] Actuellement journaliste à RFO.

[2] Le chef Samuel Maharero avait écrit en 1903 aux autres chefs, les appelant en vain à la révolte [[Ingolf Diener, "Namibie, une histoire, un devenir," Khartala, 2000.notes de Serge Bilé.

[3] "Noirs dans les camps nazis" de Serge Bilé, éd. Le Serpent à plumes.



Commentaires  (fermé)

Logo de Paulette
vendredi 20 mars 2009 à 13h11, par  Paulette

Bonjour,
Je tiens à féliciter l’auteur de cet article. Je n’ai pas lu le livre en question, mais je viens de visionner le documentaire du même nom pour la seconde fois aujourd’hui. Vous avez à peu près exprimé ce que je ressentais. J’ai depuis, lu tout ce que j’ai trouvé sur le sujet sur Internet. Je ressents un malaise, car je constate que beaucoup de témoignages sont précieux et beaucoup d’informations m’étaient inconnues. (J’ignorais par exemple, l’existence des décrets d’application des lois de Nuremberg, et le contexte particulier des noirs de la Rhénanie).
Maintenant, le montage didactique et plein de raccourcis non fondés (qu’on pourra difficilement mettre sur le compte d’une recherche artistique, puisque le film se positionne clairement comme journalistique et télévisuel), et souvent de spectacularisme et de voyeurisme mal venus, me pose un vrai problème.
Quel dommage !
Tous ces ammalgammes et cette volonté d’enfoncer le clou, donnent du grain à moudre aux détracteurs et affaiblissent le propos, voire le réduise à peau de chagrin. M. Bilé s’il vous plaît, ayez un peu de respect pour ceux qui vous livrent leur expérience, traitez les avec la plus grande rigueur intellectuelle, et ne les manipulez pas pour justifier votre opinion.

Par ailleurs, à la lecture de votre article et de plusieurs autres, je découvre le lien qui a été fait dans le livre avec la colonisation. Je trouve très juste ce retracement d’un lien qui irait d’une déshumanisation pour des raisons économiques (du commerce triangulaire, puis de la colonisation), et des justifications pseudo scientifiques et communément admises qui y ont été associées, à la justification politique par un état du génocide d’une partie de sa population. Mais vu ce que je viens de voir du documentaire, j’ai très peur du traitement qui en a été fait dans le livre.

Je précise (puisque le contexte communautaire semble avoir une réelle importance dans tout ce que j’ai lu ce matin) : je ne suis pas juive, et je suis métisse camerounaise.

mardi 10 mars 2009 à 20h36

Je ne pense pas que le but premier de se texte soit de critiquer le fait que telle ou telle personne ait ou non plus souffert qu’une autre de ce qu’elle a vécu au sein des camps. Je ne crois pas que l’on puisse ’mesurer’ la souffrance, c’est impossible et surtout impensable d’y songer. Mais il est vrai que l’on aborde moins la déportation des tsiganes, des personnes handicapées, des personnes homosexuelles, moi meme jusqu’a il y a peu de temps je ne savais pas que des personnes de couleur noire avaient été déportées, et je pense, mais j’èspère aussi que c’est ce que souhaitait dire l’auteur ici. Après les raisons de cela nous ne les connaissons pas vraiment. Et j’admire réellement les personnes qui furent déportées, quelqu’en soit la raison car nous savons qu’elle est injustifiée, qui témoignent et je souhaite que le message passe et que toutes les personnes prennent compte qu’il ne faut pas avoir de pensées rascistes envers qui que se soit qu’elles soient raciales ou meme envers un peuple ou une religion, car nous voyons par le passé à quoi cela à pu conduire.

Logo de Nadia Darmon.H
mardi 4 septembre 2007 à 17h55, par  Nadia Darmon.H

Dans le cadre du travail de mémoire, les collégiens et lycéens allemands visitent les camps de concentration et d’extermination, et ce travail n’est pas à considérer comme une insulte envers les Juifs.L’Etat allemand a reconnu la responsabilité de l’Allemagne dans le génocide des Juifs, des Tziganes, des marginaux et des malades mentaux. Désormais les Allemands doivent construire leur avenir en assumant cette responsabilité. La meilleure manière étant de l’enseigner afin de ne plus voir surgir "la bête immonde".

Logo de caro
mardi 21 août 2007 à 16h45, par  caro

cher dalo

moi j mintéresse a tt se ki concerne la seconde guerre mondiale, d se ke vous dite sur lé juifs pr eux se sont dé insulte on parle deux car il ont souffert
é il y en na kil y on laissé leur vie ds cé MAUDIT camp de la mort.
moi g eu la chance dalé en visité 1 cété celui ki é en france près strasbourg j peu vs dire ke vs changeré d langage envers lé juifs. kan g été le visité il y avé d BOCH come toi ki vené lé visité é j trouve sa pa normal car c vs ki avé construit ces MAUDIT camp de la mort. alr dsl mé avant d parlé renseigne toi sur se ke t di. merci.

Logo de Nadia Darmon.H
mardi 24 mai 2005 à 16h23, par  Nadia Darmon.H

Monsieur,
Vous montrez un certain agacement de ce que les Juifs aient souffert de l’holocauste, ou est-ce surtout de ce que les Allemands dédommagent des survivants de l’horreur dont ils sont coupables devant l’humanité ?
Un pays de droit qui se respecte, ce qui est le cas de l’Allemagne, assume sa faute face à l’histoire. Il n’est pas question de "générosité" ni d’unité de mesure, il n’existe pas de prix à la vie.
Je dis que Serge Bilé fait un procès d’intention aux déportés qui ne se souviennent pas, c’est cela qui est injuste.
Ce qui l’est également, c’est votre agacement. Vous êtes sur un site de culture juive...désolée pour vous.

Site web : http://
mardi 24 mai 2005 à 12h44

Monsieur,

que les juifs aient souffert de l’holocauste, on le sait déjà : les médias en parlent, les juges poursuivent l’état allemand qui dédommage généreusement.
Vous vous étiez indigné de "l’ingratitude vis-à-vis des autres déportés" ?
Serge Bilé parle des victimes qu’on a oublié. Ce n’est que justice !

Dalo, Allemagne

Site web : http://

Agenda

<<

2017

>>

<<

Mai

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

4 avril 2014 - Du 19 au 23 octobre 2014 Yad Layeled propose une formation pour les inspecteurs et les conseillers pédagogiques

Séminaire de formation Yad Layeled France Du 19 au 24 octobre 2014, l’association Yad (...)

9 septembre 2013 - Le sauvetage des enfants juifs, 1938-1945 sur France 5 tv

Remarquable film-documentaire disponible en ligne jusqu’au 15 septembre 2013. L’Oeuvre de (...)

7 mai 2013 - Secrets d’Histoire en Israël sur France 2 ce soir : Un homme nommé Jésus

Bonjour à toutes et à tous, "Nous sommes heureux de vous informer de la diffusion ce soir 7 mai (...)

29 avril 2013 - Film documentaire sur Moissac la Juste : "J’avais oublié"

Moissac la Juste Tout d’abord Moissac au début de la guerre est en zone libre, de nombreuses (...)

29 avril 2013 - Livre : Survivre, les Enfants dans la Shoah de Michèle Gans

"Survivre, les enfants dans la Shoah" de Michèle Gans, éditions Ouest-France "Le bien évident (...)

Météo

Belfort, 90, France

Conditions météo à 17h00
par weather.com®

Soleil voilé

28°C


Soleil voilé
  • Vent : 11 km/h - ouest sud-ouest
  • Pression : 983 mbar tendance symbole
Prévisions >>

Prévisions du 27 mai
par weather.com®

Inconnu

Max 28°C
Min 15°C


Inconnu
  • Vent : N/D km/h
  • Risque de precip. : %
<< Conditions  |  Prévisions >>

Prévisions du 28 mai
par weather.com®

Soleil

Max 31°C
Min 15°C


Soleil
  • Vent : 3 km/h
  • Risque de precip. : 0%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 29 mai
par weather.com®

Soleil voilé

Max 31°C
Min 15°C


Soleil voilé
  • Vent : 8 km/h
  • Risque de precip. : 20%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 30 mai
par weather.com®

Soleil et nuages épars

Max 26°C
Min 13°C


Soleil et nuages épars
  • Vent : 9 km/h
  • Risque de precip. : 20%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 31 mai
par weather.com®

Orage épars

Max 24°C
Min 13°C


Orage épars
  • Vent : 4 km/h
  • Risque de precip. : 40%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 1er juin
par weather.com®

Averses

Max 26°C
Min 13°C


Averses
  • Vent : 4 km/h
  • Risque de precip. : 40%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 2 juin
par weather.com®

Averses

Max 27°C
Min 15°C


Averses
  • Vent : 6 km/h
  • Risque de precip. : 30%
<< Prévisions