La présence juive au Moyen Âge en Pays de Brie, Champagne et Gâtinais

Dans la Seine-et-Marne actuelle - par Frédéric Viey
samedi 13 décembre 2014
par Frédéric Viey
popularité : 3%
3 votes

"En ce qui concerne l’histoire des communautés juives d’Iles- de- France et de Champagne de nombreux documents ont été exhumés de différentes archives notamment les archives nationales, celles de la ville de Provins, de Meaux, de Melun ou de différentes associations archéologiques. De nombreux écrits ont été publiés sur ce sujet dans différentes publications. Pour ce qui est devenu le département de Seine-et-Marne de nombreuses villes ont abrité des communautés juives tant dans la Brie, la Champagne et le Gâtinais. Aujourd’hui, en consultant d’autres archives, telles que des cartulaires, des censives etc… il est possible d’avoir une meilleure vue d’ensemble du quotidien de fils d’Israël dans cette région. C’est aussi grâce à certains toponymes, qu’il est possible de reconstituer une présence juive dans des villes ou des villages seine-et-marnais." Frédéric Viey

La présence juive au Moyen Âge en Pays de Brie, Champagne et Gâtinais

En Seine-et-Marne actuelle

Par Frédéric Viey, historien

> Document intégral :

PDF - 3.9 Mo
Toponymes juifs, communautés et présences juives en Seine-et-Marne au Moyen Âge
par Frédéric Viey

> Extrait du document joint

VOULX

Une présence juive à Voulx.

Parmi les sept administrateurs de la communauté juive de Paris en 1394, les documents font ressortir un Joseph Dupont de Voulx. Celui-ci sera battu et exposé durant trois samedis en place publique et emprisonné jusqu’au retour de Denis Machault avec six autres otages. Denis Machault ne réapparut jamais mais les otages furent finalement libérés, les historiens en situent quelques-uns en Bourgogne et en Savoie.

EGREVILLE

Une ‘’Juiverie’’

D’après certains documents, il y aurait eu une Juiverie à Egreville au XIIème siècle.

M.P. Gache dans son article : ‘’Les Origines d’Egreville (suite)’’ par dans le ‘’Bulletin – Société d’émulation de l’arrondissement de Montargis’’ 1982, série 3 n° 55, p. 55 notait ‘’… Il y avait enfin déjà un marché, Egreville comme d’assez nombreux villages du Gâtinais ayant une modeste communauté juive sous le règne de Louis VII (1137-1180). L’établissement de cette petite juiverie rurale se trouvait au Pavillon des Juifs (maintenant le Pavillon), juste au nord de Passy. Le pavillon était une tente de changeurs, avec une cave servant de bazar, situé à l’écart comme c’était de règle, mais dans un fief assurant protection à la communauté, et à proximité du chemin servant de voie d’accès ou d’issue au marché, en la circonstance le chemin allant de Lorrez à Egreville. La plupart de ces modestes juiveries rurales ont dû s’exiler (en Champagne ou en Perche) sur décision de Philippe Auguste en 1184, mais nous verrons qu’ici au moins une famille a subsisté en devenant chrétienne, comme ce fut souvent le cas, la présence rurale de Juifs sous Louis VII étant la garantie de l’existence d’un marché rural actif à l’époque.

Osanne d’Egreville. Cet Osanne d’Egreville porte un prénom propre aux Juifs convertis : on leur avait fait crier Hosannah au Christ, ce qui leur donnait accès au baptême et ils recevaient en prénom l’exclamation qui avait cessé d’en faire des Juifs. C’est ce qui arrivait notamment quand ils voulaient éviter d’être chassés comme cela avait été le cas en 1184. Ces Juifs devenus chrétiens devenaient parfois des hommes estimés…..’’

A cette époque, on remarque aussi dans ce petit bourg une léproserie et le prieuré de Passy fondé par Fulbert. Egreville fut un lieu de résidence d’Adèle de Champagne, puis de Blanche de Castille, aussi il est fort plausible que les Juifs revinrent à Egreville après 1198 jusqu’à 1306 au moins.

PROVINS

Félix Bourquelot, historien de Provins, parle dans plusieurs pages de son livre ‘’Histoire de Provins’’ de la Communauté Juive de la Capitale des Comtes de Champagne ; les Thibault. Pour commencer il raconte que le Comte Eudes, appelé par un chroniqueur ; ‘’La pierre de Sion’’ (Lapis in Sioni, ne garda aucune rancune aux Provinois lorsqu’ils retombèrent sous sa puissance. Puis, il précise l’origine du nom de l’Eglise St-Quiriace : "En Palestine, Judas eut Simon pour père et Zachée pour aïeul. Sur les injonctions de l’impératrice Hélène, Judas chercha et découvrit la ‘’Vraie Croix’’. Il se fit baptiser et prit le nom de Quiriace ; Quiriace, Kiriace ou Cyriace, de impüssima gente judoeorum. Il fut fait évêque de Jérusalem par la volonté d’Hélène et lorsque celle-ci eut envie de trouver les clous qui crucifièrent Jésus, Quiriace alla prier au Calvaire. L’invention des clous fut suivie d’une persécution d’Hélène contre les Juifs pour le bien de la religion. Lorsque l’Empereur Julien monta sur le trône, il persécuta les chrétiens et Quiriace qui refusa le sacrifice aux idoles fut martyrisé. C’est à cette occasion, que les Comtes de Champagne donnèrent à leur première grande église le nom de Saint-Quiriace."

Il continue ensuite ainsi : ‘’Le nombre des Juifs prenait à Provins une grande extension, et, en 1202, nous les voyons signer dans l’Eglise St-Quiriace un acte portant délégation au Juif Salemine par Guillaume du Crochet, de payer sept livres de revenu annuel à l’Eglise St-Quiriace [1]. Les Juifs étaient à cette époque, devenus une véritable propriété que le seigneur plaçait sur la même ligne que ses serfs et ses terres ; aussi ce dût être une perte considérable pour le Comte de Champagne que la mort de quatre vingt juifs exécutés à Bray-sur-Seine par ordre de Philippe-Auguste. Les rois et les barons cherchaient à concentrer dans leurs domaines le commerce des Israélites, dont ils retiraient un profit important. En 1198, notre Comte Thibault et Philippe-Auguste conviennent qu’ils ne permettront pas à leurs juifs de contracter des obligations les uns avec les autres. Mais pour être sur de s’approprier le fruit de leur commerce, et obtenir d’eux les droits exorbitants que leur richesse et leur abjections excitait à lever sur la tête de ces parias, on les avait assujettis à une servitude personnelle en conséquence de laquelle ils ne pouvaient transférer leur domicile d’un lieu dans un autre sans la permission du Seigneur. Après la mort de Thibault V, plusieurs israélites, espérant mieux apparemment de Philippe-Auguste, quittèrent les terres du Comte de Champagne pour celle du roi de France, mais la veuve de Thibault, Blanche fit aussitôt entendre ses réclamations, le roi ordonna aux Juifs d’ rentrer dans la patrie où ils devaient désormais ses renfermer, en stipulant cependant que Blanche ne les soumettraient qu’aux impositions ordinaires, sans extorquer par la force des tailles plus onéreuses.

Il y avait alors en Champagne, un juif très riche nommé Cresselin, que nous trouvons maître d’une maison à la ville haute de Provins, et d’une place près d’elle (1201) ; cet homme, las de l’oppression sous laquelle il vivait, quitta, comme ses frères, les domaines de la Comtesse Blanche. Il y eut alors, de la part de celle-ci, tant de démarches auprès de Philippe-Auguste, tant de prières et de menaces au fugitif, que Cresselin se décida à revenir, en promettant, par un acte auquel le roi prit part, qu’il ne s’en irait plus, donnerait des otages, et consentirait à perdre, en cas de contravention, toutes ses créances dont la Comtesse s’empareraient. On voit encore, en 1210, un engagement réciproque fait par Philippe et Blanche de ne pas recevoir ni retenir désormais les juifs l’un de l’autre [2] ".

F. Bourquelot précise ensuite qu’autour de 1208, de nombreux chevaliers du Temple étalaient à Provins leur faste mondain, des lépreux et de juifs s’y cachaient loin d’une société qui les repoussait. Dans la lettre franchise des Comtes de Provins, on peut y lire : ‘’…. Et est à savoir que je retiens la joustice et la garde de mes églises, et de mes chevaliers, de mes fièvres et de mes juifs, en telle manière, que se aucuns de ceux de Provins….’’ Les Juifs, à cette époque, habitent dans deux quartiers : 1° Rue de la Vieille Juiverie, au Châtel ; 2° Rue aux Juifs dans la Vallée. Selon les comptes de la Chambre de St-Quiriace pour 1388 : ‘’Pro interragia unius Judoei die mercurii ante mamas palmarum XX sols – A quodam Judoeo procuratore coeterorum pruvini per interragio Isaac Judoei XX sols.’’

En effet, cet historien continue sur le même ton : ‘’Les juifs, dont il se réservait la garde et la justice dans toutes leurs concessions de privilèges aux villes, sont en effet leur richesse la plus claire, puisqu’ils percevaient sur eux une taille ou cens annuel, le produit de leurs exploits, celui du sceau, de leurs obligations, et qu’en vertu des établissements de S. Louis ‘’Les Meubles au Juif sont au Baron’’. Nous avons déjà vu le Juif Cresselin habitant une maison à la ville haute. Ses coreligionnaires, dont le nom doit rester à deux rues de Provins, celle de la Vieille Juiverie, au Châtel, et la Rue aux Juif, dans la Vallée, sont réunis dans la ville en une communauté qui a son procureur particulier, ils possèdent des biens considérables, un four, des écoles ou synagogue, et un cimetière. Une de leurs écoles appelée Ecole aux Juifs, située rue de l’Ormerie, devant le four du roi, est vendue en 1306 à l’Abbaye Notre Dame par les receveurs du domaine. Un peu plus tard lorsqu’ils seront chassés pour la dernière fois du royaume, le roi s’emparera du four de la Juerie de Provins [3] . Le cimetière des Juifs a été octroyé à perpétuité par Thibault VII au Prieur de l’hôpital de Jérusalem, mais, en février 1268, ils obtiennent de lui la permission d’acquérir une terre hors de la porte de Jouy ‘’sus les fossés’’, pour y établir un nouveau cymetire en recompensation ‘’ de celui qui leur a été enlevé [4]. C’est dans ce nouvel emplacement, acheté en septembre 1306 des receveurs de Champagne par Jean de Troyes, prêtre et chantre de St-Quiriace, et donné par lui au chapitre en 1310, que, pendant plus de trente ans, sont déposés loin de la terre chrétienne les restes des juifs de Provins’’.

CRECY-EN-BRIE

D’après l’histoire du Comté de Crécy-en-Brie par Jacques Amédée Lepaire (1910) p. 22, il a été possible d’apprendre que des Juifs étaient domiciliés dans cette ville Comtale : ‘’En 1258 un juif nommé Elie et sa femme s’obligèrent par lettre à demeurer cinq années à Crécy et à payer 20 livres de cens par année à Gaucher (IV) et son épouse Ysabeau (de Villehardouin). Tel était le profit que les seigneurs tiraient alors du séjour des Juifs sur leurs terres….’’

p. 26 : ‘’vente de juifs, Gaucher (IV) a vendu à Philippe (III) pour une grande somme d’argent tous les juifs de Chatillon …. sauf Salomon et sa famille….’’

CHATEAU LANDON

Photo de page : Hôtel de la monnaie sur l’ancienne place des Juifs à Chateau-Landon.

Jean de Pouilly, en 1296, vend à Philippe-Auguste les droits de péages de Ferrières et Dordives, ainsi que les péages des Juifs à Château-Landon. Il y a quelques notices sur une présence juive dans le Gâtinais et plus particulièrement à Château-Landon. P.E. Poitevin dans ‘’Histoire topographique et physique de Château-Landon’’ a laissé une recension sur les fils d’Israël dans cette capitale du Gâtinais : ‘’Il y avait aussi la rue des Juifs qui était très spacieuse, et où ces derniers avait leur synagogue, ainsi que l’indique une patente de 1174, rapportée en l’histoire du Gâtinais, par laquelle Louis le Jeune leur défend l’exercice de cette religion.

En 1180, les Juifs furent chassés de Château-Landon et leurs habitations dévastées. Il y avait parmi les propriétés plusieurs notables édifices et entr’autres l’hôtel des monnaies qui se trouvait sur un des places publiques de leur possession que l’on appelait place au change.

L’hôtel de la Monnaie, ainsi que d’autres monuments qui se trouvaient sur ce quartier, fut détruit, et il n’en reste maintenant qu’un pignon bâti en pierres de taille, et remarquable par sa forme et sa hauteur. Il domine d’une vingtaine de pieds les toits de la maison que l’on a construite à la place de ce mémorable établissement …..’’

MEAUX

BMP - 900 ko
Synagoga : Juif au chapeau conique bleu sur un vitrail de la Cathédrale de Meaux

En 1911, Maurice Pignard-Péguet publiait ‘’Histoire Générale Illustrée du Département de Seine-et-Marne : Histoire des Communes, guerres, seigneuries, anciens monuments, églises, châteaux, archéologie, généalogie, biographies : commerce, industrie, etc…’’, dans cet ouvrage il notait la présence des Juifs au Moyen-Âge notamment à Meaux. Il rappelait particulièrement la présence d’un caveau juif dont la stèle devait se trouver au Musée épiscopal : ‘’En 1648, dans une cave de l’ancien quartier juif de Meaux, on mit à jour le sépulcre de Rabbi Joseph. Sur la pierre tombale de cet ancêtre, on lisait en hébreu ‘’Sepulchrum rabbi Joseph qui dernissus est in parandium ann 700’’. Une tête du défunt reposait dans le cercueil, sur une pierre carrée. A côté, il y avait un lavoir pour se purifier. La rue avoisinante des Lombards, allant de la rue de la Juiverie à la place du Château, ne contenait que des usuriers, d’origine juive ou Lombards, secrètement affiliés à l’ordre des Templiers que devait supprimer en 1308 Philippe IV le Bel’’.

MELZ-SUR-SEINE
- Localisation de la rue des Juifs à Melz, à la limite entre la Seine-et-Marne et l’Aube. Carte à Melz-Sur-Seine, rue des Juifs


[1] Cet acte se termine ainsi : petitonem ulriusque partis et assensu eorum, sigillum testimonii judoeorum de Pruvino proesentibus appositum est. Actum un ecclesia beati Quiriaci die veneris post Brandones, anno Verbi incarnati M CC secondo, mense februario.

[2] Extrait de l’acte : Philippus dei gratia Francorum rex, universis ad ques littere presentes pervenerint, in dominus Salutem. Noverilis quod nos cetero non recipiemus neque retinbimus judeos dilecte et fidelis nostre Blanche, cometisse Trecensis, nec ipsa nostros. Actum Medonte anno Dimini M CC decimo, mense maio.

[3] item furnum de la juerie : une fontaine à Provins encore appelée Fontaine de la Juiverie.

[4] Source : Rivot, Histoire, civ. Tome II, p. 25 ‘’ Un tit. Contenu au trésor de S. Quiriace porte acquisition par le Communauté Juive de Provins de certaines maisons, vignes et jardins assis outre la Porte de Jouy , attenant du cimetière des Juifs, à la charge de six deniers et mailles envers ladite église.

Tit. par lequel, devant Jehan Conchion, tabellion-juré et établi à Provins, plusieurs juifs ‘’demourant audit Provin’’ reconnaissent avoir pris ‘’à maison à rente d’argent annuelle et perpétuelle un jardin que l’on appelle le cymetière aux Juifs, séant outre la Porte de Jouy, au dehors des murs chastel, tenant aux fossés du roy notre sire. Lequel admoisemenent lesdiz juifs promisrent par leur loy, leurs mains mise sur leurs chiefs comme Juifs, tenir ferme et avoir agréable à toujours’’ 11 novembre 1375.

Une vigne sis prope locum ubi judoei di Pruvino solant morari.

Dans le testament de Pierre de la Rochelle le legs suivant : ‘’Item Simoni Judoeo XL lib… Item leprosis de Crolebarde pro camissiis leprosorum XX sol.

L’an 1273, versuss stagna domini régis, eral locusubi quondam fuisse dicebatur donus Judoeorum leprosorum.



Agenda

<<

2017

>>

<<

Mai

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

4 avril 2014 - Du 19 au 23 octobre 2014 Yad Layeled propose une formation pour les inspecteurs et les conseillers pédagogiques

Séminaire de formation Yad Layeled France Du 19 au 24 octobre 2014, l’association Yad (...)

9 septembre 2013 - Le sauvetage des enfants juifs, 1938-1945 sur France 5 tv

Remarquable film-documentaire disponible en ligne jusqu’au 15 septembre 2013. L’Oeuvre de (...)

7 mai 2013 - Secrets d’Histoire en Israël sur France 2 ce soir : Un homme nommé Jésus

Bonjour à toutes et à tous, "Nous sommes heureux de vous informer de la diffusion ce soir 7 mai (...)

29 avril 2013 - Film documentaire sur Moissac la Juste : "J’avais oublié"

Moissac la Juste Tout d’abord Moissac au début de la guerre est en zone libre, de nombreuses (...)

29 avril 2013 - Livre : Survivre, les Enfants dans la Shoah de Michèle Gans

"Survivre, les enfants dans la Shoah" de Michèle Gans, éditions Ouest-France "Le bien évident (...)

Météo

Belfort, 90, France

Conditions météo à 17h00
par weather.com®

Soleil voilé

28°C


Soleil voilé
  • Vent : 11 km/h - ouest sud-ouest
  • Pression : 983 mbar tendance symbole
Prévisions >>

Prévisions du 27 mai
par weather.com®

Inconnu

Max 28°C
Min 15°C


Inconnu
  • Vent : N/D km/h
  • Risque de precip. : %
<< Conditions  |  Prévisions >>

Prévisions du 28 mai
par weather.com®

Soleil

Max 31°C
Min 15°C


Soleil
  • Vent : 3 km/h
  • Risque de precip. : 0%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 29 mai
par weather.com®

Soleil voilé

Max 31°C
Min 15°C


Soleil voilé
  • Vent : 8 km/h
  • Risque de precip. : 20%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 30 mai
par weather.com®

Soleil et nuages épars

Max 26°C
Min 13°C


Soleil et nuages épars
  • Vent : 9 km/h
  • Risque de precip. : 20%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 31 mai
par weather.com®

Orage épars

Max 24°C
Min 13°C


Orage épars
  • Vent : 4 km/h
  • Risque de precip. : 40%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 1er juin
par weather.com®

Averses

Max 26°C
Min 13°C


Averses
  • Vent : 4 km/h
  • Risque de precip. : 40%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 2 juin
par weather.com®

Averses

Max 27°C
Min 15°C


Averses
  • Vent : 6 km/h
  • Risque de precip. : 30%
<< Prévisions