Laïcité : peut-on encore parler d’une exception française ?

Table ronde
mardi 11 novembre 2008
par Nadia Darmon.H
popularité : 2%
1 vote

Les Rendez-vous de l’histoire de Blois accueillaient au mois d’octobre 2008, d’innombrables personnalités du monde universitaire et diplomatique qui donnèrent à penser l’européanité sous toutes les focales ; Etre européen, faire l’Europe, construire son européanité, servir et se servir de l’Europe, l’Europe coupable ou victime, colonialiste et raciste, civilisatrice et humaniste...la liste fut longue, les registres déclinés à l’infini. Tels que je les ai suivis, les Européens dans le regard de l’autre ;

5 – Laïcité : peut-on encore parler d’une exception française ?

Table ronde avec Alessandro Ferrari, Denis Pelletier, Philippe Portier et Jean-Paul Willaime.

En Europe, deux positions prévalent en matière de laicité : l’une où l’Etat a conservé aux croyances une place publique comme au Danemark où la religion dominante est inscrite dans la constitution. L’autre position applique une séparation stricte de l’Etat et des églises : en France à partir de 1905, en Espagne à partir de 1930.

Toute la question est : La France actuelle a-t-elle conservé sa spécificité ?

Les chercheurs sont divisés à cet égard : 1) La France est rivée à la séparation, selon Alain Renault (« Dialogue dans la Laicité »), avec une production législative qui n’a fait que renforcer cette tendance : les lois de 2001, 2004 (sur les signes religieux). 2) La France, selon René Rémond, a abdiqué pour apparaître comme plus ouverte, prônant une laicité d’ouverture, de tolérance et de dialogue.

Comment trancher ? 1) Histoire de la laicité française > une séparation rigide ? Denis Pelletier a travaillé sur la période de 1880 à 1905 ; a) La République qui est au pouvoir en 1880 constitue un moment d’entrée dans la démocratie au quotidien, c’est la première génération qui est passée par l’école publique, laquelle lui a appris qu’il y a un changement politique qui s’est opéré. b)L’Affaire Dreyfus est la première Affaire avec une véritable appropriation de la population du débat politique. c) Enfin, c’est un moment associatif essentiel avec les universités populaires ; la Loi de 1901 invite à prendre son destin en main. La République au quotidien ; cette entrée dans la démocratie est indissociable d’un anticléricalisme qui s’appuie sur une élite chrétienne anti-dreyfusarde, mais aussi sur un combat contre toutes les églises. Si on a besoin d’appliquer la laicité, c’est qu’il y a un retour du clérical.

2) Un christianisme sans catholicisme : Ce qui frappe dans la laicité française, c’est la volonté de contrôler le religieux. Le schéma français se compose de deux magistères : l’Eglise catholique et l’Etat. La laicité s’est d’abord appliquée au monde scolaire, avec l’instruction morale et l’instruction civique qui ont remplacé l’instruction religieuse. Ce schéma s’est révélé plus conflictuel en France qu’ailleurs. Les dimensions idéologiques, philosophiques, une réelle méfiance du religieux aboutissent à des lois pacifistes, une loi de liberté de conscience, et une loi d’aménagements des libertés.

Les associations cultuelles doivent obéir aux règlements du culte qu’elles représentent. Malgré quelques débats, les associations protestantes et juives adhèrent volontiers dans la Loi de séparation, sous forme d’associations cultuelles. Les catholiques se forment sur le mode d’associations diocésaines. Pie IX, dans un texte datant de 1864 écrit que « jamais le pontife romain ne pourra s’adapter (...) ». Tandis que l’article II de la Loi de 1905 définit l’intervention de l’Etat dans le fonctionnement du culte : « L’Etat ne subventionne, ni ne verse de salaire, ni.... L’Etat est soumise à la Raison universelle.

Où se situe le big bang de la laicité ? Viendrait-elle des USA ? Alessandro Ferrari : « - on trouve 1° une laicité narrative avec la morale qui nous renvoie aux Evangiles. 2° une laicité de droit qui donne naissance à l’Etat moderne. C’est à partir de 1946 qu’apparait la notion de pluralisme ; 1946 ce n’est pas réducteur à la Loi de 1905. Si je suis la ligne morale, il y a des divergences. Si je suis la ligne de droit, il y a des convergences.

La théorie s’appuie sur trois caractéristiques : - la distanciation – la coopération – l’égale liberté - En pratique, en Italie on observe une laicité pratiquante liée à la culture juridique extérieure. Les différentes laicités apparaissent probablement dans le pluralisme.

1ière génération > des lois universelles avec Sibello, 2ème génération > le pluralisme avec le rôle prépondérant du juge. »

Jean-Paul Willaime : « - A l’échelle européenne, la construction de l’identité nationale est fonction de la religion dominante : orthodoxe en Grèce, luthérienne au Dannemark, catholique en Irlande... en revanche comment construire une entité avec deux confessions, comme dans l’Etat fédéral allemand ? Au sortir du nazisme et du communisme, les églises ont été présentes et ont participé à la réunification. La Hongrie, la Roumanie par exemple, qui ont vécu un athéisme d’Etat font place aux religions, sur un arrière plan historique.

Comment se déterminer par rapport au religieux ? Les étrangers s’interrogent : la laicité est une passion fragile. Pourquoi ? En Grèce, la religion orthodoxe est constitutionnellement reconnue comme religion d’Etat, et à ce titre reçoit des privilèges.

La Césure : Il n’est plus question de ne pas se dire laïc en France ; lieu commun fondateur du débat démocratique. Débat qui est apparu dans les années 1980 entre les notions de laicité et de laicisme, ouverte ou positive...les familles de pensée d’aujourd’hui sont aussi proches que celles qui donnaient de la voix en 1905. Le débat se déplace mais les familles de pensée n’ont pas changé fondamentalement. Ce sont des phénomènes liés à la sécularisation qui ont ouvert le débat sur le « voile », sur la condition féminine, la politique du corps, la mort et l’euthanasie, la famille et la monoparentalité...

La ligne de la laicité française se maintient. Les enjeux sociaux sont communs à l’Europe et peuvent modifier le concept de laicité.

Jean-Paul Willaime : « On assiste au retour du religieux dans l’espace public ». 1) Avec la sécularisation, l’Eglise s’est affaibli et la laicité est devenue un bien commun.

2) La laicisation de la laicité a été/est un contre-système d’emprise de l’Eglise catholique. On a pu concevoir l’intégration des religions dans les comités d’éthique, les commissions de concertation, précisément parce qu’il y a séparation et dès lors il peut y avoir dialogue.

3) L’Européanisation : La Grèce a supprimé la mention d’appartenance religieuse des cartes d’identité sous la pression européenne.

Ces phénomènes on abouti à une laicité moins crispée. Toutefois, le fait musulman a complexifié l’analyse du concept, à cause des signes vestimentaires (admis, tolérés, interdits...), les contraintes alimentaires, les polémiques sur les dérives sectaires...

Alessandro Ferrari : Deux modèles font débat : 1) le modèle communautariste comme en Grande-Bretagne. 2) Le modèle universaliste comme en France. Peut-il y a voir convergence des modèles ? « Les juristes parfois regardent ce que le droit dit de la laicité. »

En France, le débat a dévoilé les accomodements de la laicité au-delà de ce que l’on pouvait penser (Rapport Stasi). La laicité n’est plus un instrument Etat/Eglises, mais un régulateur dans la société. Un pluralisme des droits suivant des normes différentes : le voile en France, le crucifix en Italie, la charia en Grande-Bretagne... »

Denis Pelletier : « - Depuis 1972 les évêques français rédigent des textes, se ralliant à la laicité. En 1991, ils écrivaient « la politique est affaire de tous ». Une volonté apparaît de réhabiliter la politique. Etrange ! Il y a quelque chose qui bouge. Nous sommes dans une période d’incertitude qui fonde le politique, soit le vivre en commun. Les Eglises ont des réponses autour desquelles peut se redéfinir le politique. Reprenons la conférence du Cardinal Ratzinger sur Habermas et les fondements de la démocratie.

Nous assistons à une reconnaissance plus forte de la laicité par l’Eglise, dans la sphère publique.

Jean-Paul Willaime : « Le vivre ensemble, c’est un changement de paradigme, une montée de l’incroyance du politique. On sort d’une phase de certitudes pour une phase d’incertitude à tout. Le processus de sécularisation nous a fait passer de la tutelle religieuse à une tutelle du politique. Désormais tous les magistères sont discutés. »

Alessandro Ferrari : « En Italie, on a une attitude pragmatique, l’institution catholique est encore très présente, mais la sécularisation aussi. Les Juifs étaient présents bien avant les catholiques, mais c’est le catholicisme qui caractérise (...). C’est délirant de garder une ligne de vue exclusive de l’individu alors que derrière lui se situe une communauté. Il faut ouvrir les champs sans que les religions n’absorbent le politique.

L’Islam ?

Alessandro Ferrari : L’Islam en Europe prend le visage du pays dans lequel il est présent, il y a un islam italien, français, britannique... La présence du voile ne peut pas épouvanter, il y a la croix ! Dans l’Eglise, le système pyramidal qui met le rôle pontifical au sommet, joue un rôle d’intégration. La représentation de l’Islam comme dans le Judaïsme n’est pas pyramidal. Les systèmes changent mais ce sera long.

Jean-Paul Willaime : Il y a une européanisation des différences visibles : En Allemagne on a débattu sur le foulard porté par les enseignantes et on a ajouté des cours d’enseignement du fait musulman. En Grande-Bretagne, il faut que le foulard soit de la couleur de l’établissement scolaire. La position française n’est pas toujours bien comprise, à l’ONU elle a été critiquée et considérée comme discriminatoire. Partout en Europe, on a fait de la cohésion sociale, une obsession, alors qu’il faut mieux penser l’intégration des minorités.

Denis Pelletier : La Laicité ouverte c’est la laicité catholique, de celui qui le revendique. Il y a un véritable risque qui dévoie le ralliement par accomodement. C’est une question d’ordre moral.

Jean-Paul Willaime : Le contenu est plus important que le mot : les libertés, la non discrimination, l’autonomie d’indépendance du politique et du religieux. La laicité américaine est plus rigoureuse que celle de la France. L’Etat est propriétaire des édifices religieux. La Suède et la Norvège ont renoncé à leur religion d’Etat. Le paradigme d’égalité en Europe prévaut de plus en plus sur le modèle français.



Agenda

<<

2017

>>

<<

Avril

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

4 avril 2014 - Du 19 au 23 octobre 2014 Yad Layeled propose une formation pour les inspecteurs et les conseillers pédagogiques

Séminaire de formation Yad Layeled France Du 19 au 24 octobre 2014, l’association Yad (...)

9 septembre 2013 - Le sauvetage des enfants juifs, 1938-1945 sur France 5 tv

Remarquable film-documentaire disponible en ligne jusqu’au 15 septembre 2013. L’Oeuvre de (...)

7 mai 2013 - Secrets d’Histoire en Israël sur France 2 ce soir : Un homme nommé Jésus

Bonjour à toutes et à tous, "Nous sommes heureux de vous informer de la diffusion ce soir 7 mai (...)

29 avril 2013 - Film documentaire sur Moissac la Juste : "J’avais oublié"

Moissac la Juste Tout d’abord Moissac au début de la guerre est en zone libre, de nombreuses (...)

29 avril 2013 - Livre : Survivre, les Enfants dans la Shoah de Michèle Gans

"Survivre, les enfants dans la Shoah" de Michèle Gans, éditions Ouest-France "Le bien évident (...)

Météo

Belfort, 90, France

Conditions météo à 02h00
par weather.com®

Clair de lune voilé

2°C


Clair de lune voilé
  • Vent : 8 km/h - est
  • Pression : 984 mbar tendance symbole
Prévisions >>

Prévisions du 28 avril
par weather.com®

Inconnu

Max 2°C
Min N/D°C


Inconnu
  • Vent : N/D km/h
  • Risque de precip. : %
<< Conditions  |  Prévisions >>

Prévisions du 29 avril
par weather.com®

Soleil et nuages épars

Max 15°C
Min 2°C


Soleil et nuages épars
  • Vent : 9 km/h
  • Risque de precip. : 10%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 30 avril
par weather.com®

Soleil et nuages épars

Max 19°C
Min 4°C


Soleil et nuages épars
  • Vent : 12 km/h
  • Risque de precip. : 0%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 1er mai
par weather.com®

Averses

Max 11°C
Min 3°C


Averses
  • Vent : 20 km/h
  • Risque de precip. : 80%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 2 mai
par weather.com®

Averses

Max 12°C
Min 4°C


Averses
  • Vent : 11 km/h
  • Risque de precip. : 50%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 3 mai
par weather.com®

Averses

Max 14°C
Min 5°C


Averses
  • Vent : 9 km/h
  • Risque de precip. : 50%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 4 mai
par weather.com®

Averses

Max 15°C
Min 5°C


Averses
  • Vent : 6 km/h
  • Risque de precip. : 60%
<< Prévisions