"Israël : Existence et essence"

Par Emmanuel Halpérin, journaliste, Prix Sokolov de la Presse 2004.
mardi 13 décembre 2005
par Nadia Darmon.H
popularité : 1%

"L’Etat de guerre qui a sévi au Proche-Orient depuis le début des années 2000 a donné l’occasion d’entendre des voix israéliennes remettant en question les fondements mêmes de son existence. Les "nouveaux historiens" en sont la figure de proue, moins par leur poids en Israël que par la surface publique que les médias occidentaux leur ont conférée. Leur thèse fait effectivement scandale, puisqu’ils développent une version révisionniste de l’histoire de l’Etat, de sa moralité, de son rapport à la Shoah. Plus courante est la tendance du "post-sionisme" qui prône l’abandon du Sionisme et l’amoindrissement de l’identité nationale, à fortiori la rupture avec le peuple juif et le judaïsme. Le "post-modernisme", quant à lui, se fait l’avocat de "l’Etat de tous les citoyens", c’est à dire dissocié de l’identité juive.

(...) Entre appartenance à l’histoire juive et l’aspiration à la "normalité". Cette question intéresse au plus haut point la diaspora, qui a découvert ces dernières années combien son destin était lié à celui d’Israël.

"Israël : Existence et Essence"

Compte rendu de la conférence donnée par Emmanuel Halpérin, le jeudi 24 novembre 2005, à Belfort.

"Chers amis, ce soir je peux vous annoncer que l’Etat d’Israël n’est plus menacé dans son existence, il le fut par le passé comme par exemple lors de la Guerre des Six Jours, ou lors de la Guerre de Kippour en 1973, où le général Moshé Dayan dit à Golda Meïr "- Je pense que le troisième Temple est menacé." le troisième Temple étant après celui de Salomon, et celui d’Hérode détruit en l’an 70 de notre ère, l’Etat d’Israël. Aujourd’hui, et même si la société israélienne vit au jour le jour, depuis cinq ans, la menace d’attentats meurtriers auprès de la population, cette menace là ne peut pas remettre en cause l’existence même de l’Etat d’Israël.

Je peux aussi vous assurer que l’Etat de Palestine verra le jour.

L’Etat d’Israël est son nom dans son entier, sur mon passeport, il est indiqué State of Israël, non Israël tout court. Lorsque Théodor Herzl écrivit son livre traduit en français par "L’Etat Juif", en allemand c’était "Die Juden stadt", ce qui aurait dû se traduire par "L’Etat des Juifs", une terminologie normale à l’époque. Car les Juifs alors fuyaient les pogroms de Russie, en France l’Affaire Dreyfus ébranlait les consciences juives fraichement émancipées, en terre d’Islam, ils étaient soumis à la dhimmitude, et en 1917, la Déclaration Balfour reconnaissait aux Juifs le droit naturel à un Foyer National Juif.

Le nom d’Israël regroupe génériquement le Peuple Juif dans son ensemble et son unité identitaire. L’Etat d’Israël fut et demeure un refuge pour tous les Juifs, qu’ils fussent russes, ethiopiens, argentins, français, indiens, blancs ou noirs.

La menace qui pèse aujourd’hui sur l’Etat d’Israël est le déni de sa légitimité, et là où cette tendance s’exprime le plus fortement, c’est en France. L’idée pour laquelle le Comte de Clermont-Tonnerre est passé à la postérité, à propos de l’émancipation des Juifs tient en cette phrase : "Tout leur donner en tant qu’individus et rien en tant que Nation." Ainsi, l’appareil républicain français en même temps qu’il reconnaitra l’égalité des droits entre les citoyens français, interdira l’enseignement des langues régionales et l’expression identitaire ; de fait les Juifs n’appartiendront plus au peuple Juif, mais au peuple français. Les Juifs étant désormais étiquetés comme des citoyens français de confession mosaïque. La notion d’appartenance à un groupe défini ayant disparu, la pensée française perd l’idée qu’il y eut un peuple juif comme un peuple basque, breton ou corse, ou des langues d’appartenance régionale. Quoique après l’Affaire Dreyfus, la France se montrât favorable à l’établissement d’un foyer national juif, elle ne peut plus intégrer l’idée d’un peuple juif autre que dans sa dimension religieuse reléguée dans la sphère privée.

En conséquence, l’analyse commune à l’opinion française est d’opposer le droit du peuple palestinien au fait historique de l’existence de l’Etat d’Israël. Une telle opposition déséquilibre le débat et le dévoie. Il ne faut pas s’y tromper : Il s’agit bien d’un droit contre un autre droit, de deux légitimités sur une même terre. Nier l’existence du Peuple Juif en tant que peuple, alors qu’il est quasiment le seul au monde à avoir conservé la même langue et la même écriture depuis plus de 3500 ans, les même textes fondateurs, une histoire et un destin communs, une même religion, la même espérance d’une même terre, de la même Jérusalem..- si ça ne s’appelle pas un peuple ? - contribue à lui dénier son droit à exister sur la terre d’Israël en tant que peuple et Etat.

En 1987, j’étais conseiller culturel à l’ambassade d’Israël en France, et alors que je consultais le Larousse, quelle ne fut pas ma surprise de lire que Jérusalem était mentionnée comme la capitale de la Judée antique, de la Palestine (alors qu’il n’y a jamais eu d’Etat palestinien) et qu’elle était occupée aujourd’hui par les israéliens !! [1] Un exemple de cette propension à ce déni du peuple et du droit des Juifs.

Aujourd’hui, le peuple palestinien marche inéluctablement vers la création de son Etat, que le gouvernement israélien d’Ariel Sharon a reconnu comme un droit légitime. Mais le peuple Juif possède également avec le fait historique reconnu par les Nations Unies de l’existence de l’Etat d’Israël, le droit indéfectible du peuple sur sa terre historique et spirituelle. Il fallait le rappeler et restaurer cette vérité du droit.


"Emmanuel Halperin, 62 ans, est journaliste à la radio et à la télévision israélienne. Pendant 10 ans, il a été responsable du Journal Télévisé de la nuit et l’a représenté régulièrement.

Né en Union Soviétique, il a été élevé en France et vit en Israël depuis 1962. Après des études de Droit et de Lettres à Jérusalem (LLB, MA) ; il a fait trois ans de service militaire.

Il a été correspondant à Paris, chef du service étranger, directeur des informations de Kol Israël, la radio israélienne. En 1983, il est passé à la télévision (1ère chaîne) où il a été chef du service Etranger puis chef du service politique.

Pendant plusieurs années, il a été correspondant de RTI, à Jérusalem. Il collabore à la revue Politique Internationale et au supplément littéraire du quotidien israélien Yedioth Aharonot. Il est membre du conseil d’administration de la Cinémathèque de Jérusalem et enseigne le journalisme et le cinéma.

Emmanuel Halperin a été conseiller culturel d’Israël à Paris de 1985 à 1987. Il est chevalier de l’Ordre du Mérite.

En 2004, il présente une émission d’interviews hebdomadaires à la télévision. Il a également animé une série de 20 émissions consacrées au cinéma israélien. Il vient de recevoir le prix Sokolov, grand prix de la presse 2004"


[1] Sur mon intervention, la direction du Larousse apporta une rectification dans la publication 1988.



Agenda

<<

2017

>>

<<

Juin

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

4 avril 2014 - Du 19 au 23 octobre 2014 Yad Layeled propose une formation pour les inspecteurs et les conseillers pédagogiques

Séminaire de formation Yad Layeled France Du 19 au 24 octobre 2014, l’association Yad (...)

9 septembre 2013 - Le sauvetage des enfants juifs, 1938-1945 sur France 5 tv

Remarquable film-documentaire disponible en ligne jusqu’au 15 septembre 2013. L’Oeuvre de (...)

7 mai 2013 - Secrets d’Histoire en Israël sur France 2 ce soir : Un homme nommé Jésus

Bonjour à toutes et à tous, "Nous sommes heureux de vous informer de la diffusion ce soir 7 mai (...)

29 avril 2013 - Film documentaire sur Moissac la Juste : "J’avais oublié"

Moissac la Juste Tout d’abord Moissac au début de la guerre est en zone libre, de nombreuses (...)

29 avril 2013 - Livre : Survivre, les Enfants dans la Shoah de Michèle Gans

"Survivre, les enfants dans la Shoah" de Michèle Gans, éditions Ouest-France "Le bien évident (...)

Météo

Belfort, 90, France

Conditions météo à 20h30
par weather.com®

Soleil voilé

21°C


Soleil voilé
  • Vent : 8 km/h - nord-est
  • Pression : 977 mbar tendance symbole
Prévisions >>

Prévisions du 26 juin
par weather.com®

Inconnu

Max 21°C
Min 16°C


Inconnu
  • Vent : N/D km/h
  • Risque de precip. : %
<< Conditions  |  Prévisions >>

Prévisions du 27 juin
par weather.com®

Soleil et nuages épars

Max 29°C
Min 16°C


Soleil et nuages épars
  • Vent : 14 km/h
  • Risque de precip. : 20%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 28 juin
par weather.com®

Orage épars

Max 23°C
Min 13°C


Orage épars
  • Vent : 17 km/h
  • Risque de precip. : 60%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 29 juin
par weather.com®

Averses

Max 19°C
Min 10°C


Averses
  • Vent : 25 km/h
  • Risque de precip. : 70%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 30 juin
par weather.com®

Soleil et nuages épars

Max 20°C
Min 11°C


Soleil et nuages épars
  • Vent : 27 km/h
  • Risque de precip. : 20%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 1er juillet
par weather.com®

Averses

Max 17°C
Min 10°C


Averses
  • Vent : 22 km/h
  • Risque de precip. : 60%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 2 juillet
par weather.com®

Averses

Max 18°C
Min 11°C


Averses
  • Vent : 19 km/h
  • Risque de precip. : 40%
<< Prévisions