L’Europe, une passion génocidaire

par Georges Bensoussan
lundi 10 novembre 2008
par Nadia Darmon.H
popularité : 1%

Les Rendez-vous de l’histoire de Blois accueillaient au mois d’octobre, d’innombrables personnalités du monde universitaire et diplomatique qui donnèrent à penser l’européanité sous toutes les focales ; Etre européen, faire l’Europe, construire son européanité, servir et se servir de l’Europe, l’Europe coupable ou victime, colonialiste et raciste, civilisatrice et humaniste...la liste fut longue, les registres déclinés à l’infini. Tels que je les ais suivis, les Européens dans le regard de l’autre ;

5 – L’Europe, une passion génocidaire [1], par Georges Bensoussan :

« Comprendre c’est se méprendre du connu. » Parce que nous entrons davantage dans des sociétés séculières et laiques, nous croyons que nous sommes débarrassés des schémas religieux. Or, les schèmas religieux [2] perdurent dans les consciences, à notre insu ; les commémorations des morts, les recueillements religieux ou laiques, les minutes de silence, sont autant de « messes ».

Que sont devenus les schémas antijuifs ? Ont-ils disparu ou ont-ils muté ? Cette croyance a muté. Pour s’en convaincre, la figure du "diable juif" a été reprise par la théorie conspirationniste par exemple lors de l’attentat du 11 septembre contre les deux tours jumelles de New York ; produit d’un pseudo complot CIA-Sioniste. Le succès des livres sur les complots dévoilent cette mutation, marquée par la pensée rituelle.

Avec les Lumières, fin du XVII° siècle, la conscience bascule ; Spinoza, Descartes...trois siècles c’est peu. Nous sommes les héritiers heureux et handicapés des Lumières. Parce que élevés dans la tradition de la Raison, l’irrationnel reste dans les consciences des masses, comme par exemple l’effet du crack boursier de ces quelques dernières semaines.

Le cerveau a besoin de se nourrir de délires qui deviennent des vérités ; le mensonge devient vérité. La peur de la peur correspond au millénarisme qui n’est pas mort en plein XX° siècle. L’idée du Reich de 1000 ans est au coeur du millénarisme du XV° siècle.

Selon la formule de Marcel Gaucher : « L’humanité ne deviendra jamais adulte ». Il faut l’accepter.

La violence collective doit être évacuée. La guerre civile qui s’évacue sur le plus faible, mine la société ; la faille identitaire doit s’exprimer sur l’objet du mal, en Europe c’est le Juif. La faille identitaire se transforme en haine collectivre, focalisée sur l’objet du mal, et conduit à une catastrophe génocidaire. Ce n’est pas parce que l’Eglise est traversée par de belles figures qu’elle n’est pas nourrie d’antijudaïsme.

La mémoire est frappée d’oubli qui aide à vivre. C’est l’histoire qui nous délivre de la mémoire. Les thèses sur l’eugénisme développées à la fin du XIX° siècle,ont triomphé dans les universités allemandes, autrichiennes et suisses alémaniques, mais jamais dans les universités françaises. Dès 1920, la psychanalyse allemande à la tête de laquelle de grands médecins dont le sinistre Mengele (qui travaillait avec un nobelisable) considèrant la vie comme une enveloppe humaine vide, atteignent au seuil d’humanité qui les met sur le chemin du programme T4, et du T4 à Auschwitz.

« connaître la fin n’aide pas à comprendre le début. » (Proverbe chinois) Il n’y a aucune causalité mécaniste, la shoah était évitable. Il y a un terreau, un terrain fertile culturel, une conjonction extraordinaire et complexe ; L’antisémitisme n’aide pas à expliquer un génocide. Alors qu’il n’y a pas eu de pogroms en Allemagne à une période récente, en revanche en Ukraine les pogroms ont fait 100 000 morts au début du XIX° siècle, en Roumanie et en Russie, l’antisémitisme n’a pas de cause.

S’il n’y a pas de racines intellectuelles, culturelles, c’est inexplicable. La shoah est un événement sans précédent, une singularité, mais pas sans racines. De 1860 à 1914, s’écoulent des années laboratoires de angoisses contemporaines au cours desquelles une pensée européenne prégnante justifie la guerre ; Pour certaines élites européennes, la guerre est rédemptrice, ainsi Ernest Renan qui fait l’apologie de la guerre, pour Pierson [3] la guerre renforce la vitalité des peuples. Dès 1888, Friedrich Engels [4] doté d’une grande intelligence,annonce qu’au cours de la guerre future, 8 à 10 millions de soldats raseront l’Europe. Carnegie [5], en 1913 n’hésite pas à parler de guerres d’extermination de civils et de militaires confondus. Alors qu’en 1905, la guerre russo-japonaise n’hésite pas à utiliser le gaz. Il relève de la même logique intellectuelle s’agissant du génocide des Arméniens, le 22 avril 1905.

Dès le premier jour de la bataille de la Somme, les anglais compte 20 000 victimes, les français comptent 800 morts par jour, tandis que les Allemands en ont 1200 par jour.

Indéniablement, l’historien Georges L.Moss [6] constate la brutalisation de la guerre à partir de 1914, favorisée par l’industrialisation. Les mondes stables ont été anxiogènes en se désintégrant. La violence habitent les jeunes de 20 à 30 ans. La vitalité démographique est corrélée par le génocide ; il faut faire de la place. En 1920, l’Europe est jeune. Avec la laicisation du cadre de la société, la « mort de Dieu » et la négation du message biblique, la personne humaine est désacralisée ; la croyance fondamentale en Dieu dans le message de la Torah, est de réfreiner la violence, pour les croyants comme pour les non-croyants.

Robert Antelme, rescapé de Buchenwald écrit : « D’un homme, ils n’ont pas réussi à faire autre chose qu’un homme ! »

Un grand nombre d’intellectuels sont fascinés par la violence et la guerre, le fascisme a séduit les plus « machistes » d’entre eux ; dès qu’il y a un régime fort, ils courent ! Aujourd’hui, on assiste à une fascination de l’islamisme sur les intellectuels de gauche, incarnant le parti du faible et du pauvre. Quant à la question du kamikaze, on observe un discours génocidaire de la part du Hamas palestinien, mais pas chez les Palestiniens dans leur ensemble. Tout cela n’est pas nouveau, déjà en 1900 en Iran, les Chiites souhaitaient se débarrasser des Juifs, des Chrétiens, des Zoroastriens ; reportons-nous aux archives de l’Alliance israélite universelle : les Juifs doivent disparaître de la terre.

L’esclavage est le premier crime contre l’humanité. Le premier génocide concerne les Herreros en Namibie, en 1905, perpétré par les Prussiens. En 1902, les Américains se rendent coupables de massacres aux Philippines. Le génocide ne procède pas du colonialisme, mais le colonialisme a élevé le niveau de violence. Enfin, notons que les généraux franquistes étaient jeunes officiers à Cuba, où ils avaient ouvert les premiers camps de concentration en 1898.


[1] Edition Mille et une Nuits

[2] Ndlr : Jay Winter répond à l’interview de Dominique Kalifa, dans un article paru dans Libération du 3 novembre 2008, développe cette idée que le deuil est une pratique comme "le centre culturel" des sociétés en guerre. "Elle donne la parole à tous (...). L’histoire des sensibilités familiales est une développement de l’histoire culturelle comme l’histoire culturelle était un développement de l’histoire sociale". Il ajoute que c’est aussi "ce qui rend difficle une histoire européenne, car elles se déclinent selon les cultures nationales. (..) "Le sacré, lui, est sorti presque naturellement des églises et a irrigué les pratiques quotidiennes. La guerre a exprimé en ce sens une sorte de contre-révolution culturelle, produit de la souffrance universelle. En 1918,, les codes classiques, romantiques ou religieux, ont servi à reconstruire l’univers des valeurs, des symboles et le sens de la réalité quotidienne. On y est parvenu sur le principe de "plus jamais ça", le grand mot des anciens combattants. (...) Pouvait-on recommencer après Auschwitz et Hiroshima ? L’idée que la souffrance avait un sens, que la guerre était maintenant impossible, tout ce qui a fonctionné en 1918 est devenu impossible après la mort de millions de Juifs. Si l’on ne peut donner une signification à sa mort, on ne peut pas reconstruire un système de valeurs. (...)". Réf : "Entre deuil et mémoire" éd.Armand Colin.

[3] Georges Bensoussan n’a pas précisé le prénom.

[4] Né à Barmen en 1820, décédé à Londres en 1895. Philosophe, théoricien socialiste allemand, ami de Karl Marx avec lequel il partage ses vues. Il collabore notamment au Journal journal Annales franco-allemandes publié par son ami.

[5]  En août 1913, Carnegie dit que "la seule mesure requise aujourd’hui pour le maintien de la paix mondiale est un accord entre trois ou quatre des puissances civilisées… engagées à coopérer contre ceux qui dérangent la paix mondiale". » Gates dit que, dans une lettre adressée quatre ans plus tard au président Woodrow Wilson, élu en 1916 sur la base d’un programme de maintien des Etats-Unis hors de la guerre mondiale, « le même Andrew Carnegie encourageait le président dans les termes les plus fermes à déclarer la guerre, parce que, écrivait-il, "il n’y a qu’une seule manière directe de régler les choses" ». Source : http://www.mondialisation.ca/index.... Article du 3 nov 2008 :Le secrétaire américain à la Défense étend la doctrine de la guerre préventive et y inclut l’usage de la bombe atomique, par Alex Lantier.

[6] Georges L.Moss s’est intéressé à d’une part la sacralisation de la guerre et la banalisation qui en découle, ainsi que la brutalisation des sociétés européennes après la 1ière Guerre mondiale. Source : http://www.oboulo.com/george-moss-g... Auteur de : De la Grande Guerre au totalitarisme. La brutalisation des sociétés européennes. 1990.



Agenda

<<

2017

>>

<<

Avril

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

4 avril 2014 - Du 19 au 23 octobre 2014 Yad Layeled propose une formation pour les inspecteurs et les conseillers pédagogiques

Séminaire de formation Yad Layeled France Du 19 au 24 octobre 2014, l’association Yad (...)

9 septembre 2013 - Le sauvetage des enfants juifs, 1938-1945 sur France 5 tv

Remarquable film-documentaire disponible en ligne jusqu’au 15 septembre 2013. L’Oeuvre de (...)

7 mai 2013 - Secrets d’Histoire en Israël sur France 2 ce soir : Un homme nommé Jésus

Bonjour à toutes et à tous, "Nous sommes heureux de vous informer de la diffusion ce soir 7 mai (...)

29 avril 2013 - Film documentaire sur Moissac la Juste : "J’avais oublié"

Moissac la Juste Tout d’abord Moissac au début de la guerre est en zone libre, de nombreuses (...)

29 avril 2013 - Livre : Survivre, les Enfants dans la Shoah de Michèle Gans

"Survivre, les enfants dans la Shoah" de Michèle Gans, éditions Ouest-France "Le bien évident (...)

Météo

Belfort, 90, France

Conditions météo à 19h30
par weather.com®

Soleil voilé

17°C


Soleil voilé
  • Vent : 9 km/h - ouest
  • Pression : 977 mbar tendance symbole
Prévisions >>

Prévisions du 24 avril
par weather.com®

Inconnu

Max 18°C
Min 7°C


Inconnu
  • Vent : N/D km/h
  • Risque de precip. : %
<< Conditions  |  Prévisions >>

Prévisions du 25 avril
par weather.com®

Averses

Max 12°C
Min N/D°C


Averses
  • Vent : 14 km/h
  • Risque de precip. : 100%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 26 avril
par weather.com®

Averses

Max 7°C
Min N/D°C


Averses
  • Vent : 6 km/h
  • Risque de precip. : 70%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 27 avril
par weather.com®

Pluie et neige mélée

Max 10°C
Min -1°C


Pluie et neige mélée
  • Vent : 11 km/h
  • Risque de precip. : 60%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 28 avril
par weather.com®

Soleil et nuages épars

Max 11°C
Min 1°C


Soleil et nuages épars
  • Vent : 14 km/h
  • Risque de precip. : 20%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 29 avril
par weather.com®

Soleil et nuages épars

Max 15°C
Min 2°C


Soleil et nuages épars
  • Vent : 4 km/h
  • Risque de precip. : 20%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 30 avril
par weather.com®

Soleil et nuages épars

Max 17°C
Min 5°C


Soleil et nuages épars
  • Vent : 9 km/h
  • Risque de precip. : 10%
<< Prévisions