Le Racisme

Dossier élaboré par des lycéens (2004).
jeudi 24 juin 2004
popularité : 1%
3 votes

Le Racisme(recherche de documents, réalisation et rédaction en commun)par Gaëlle, Charlotte, Chloé, Hillel, Justine.

Introduction

Loi tirée du code pénal

I- Une législation nécessaire afin de freiner l’avancée du racisme.

1- historique du racisme Documentation tirée de « l’Histoire » n°214 du 10/1997

a) des origines anciennes

b) une évolution singulière Documentation tirée des ouvrages « Le Racisme »d’Eléna DE LA Souchère, « Etre juif dans la société française »de Béatrice Philippe, « MOURRE, dictionnaire encyclopédique d’histoire ».

2- Des minorités plus ou moins touchées

a) Quelles sont les principales victimes ?

b) Montée du racisme Statistiques venant du CNCDH (Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme)

II- Une application de la législation

1- La législation est appliquée www.mrap.asso.fr (Paris, 4 novembre 2003) communiqué de la presse. Article de E. DUMONT (illustre inconnue) du 28 mars 2002 sur www.zdnet.fr

2- Des difficultés

III- Réactions / solutions Réactions des jeunes et testing tirés du « Phosphore » n°258 du 12/2002 La plupart des réactions tirées du « Nouvel Observateur » (archives 2003) sur Internet, de « l’Humanité » du 18/11/2003 sur Internet et des interviews divers faits par les élèves. Les mesures de Luc Ferry viennent de www.education.gouv.fr/presse...

Introduction

Depuis l’Antiquité, le racisme évolue avec les différentes civilisations et affecte principalement les minorités. L’importance des actes a conduit progressivement à l’élaboration de lois. Un des principes fondamentaux de la Ve République est d’assurer l’égalité de tous face à la loi en accord avec les Droits de l’Homme et du Citoyen. Toute la législation s’y conforme, notamment : la loi du 13 Juillet 1990 contre le racisme, dite loi Gays sot (Art. 1er. - Toute discrimination fondée sur l’appartenance ou la non appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion est interdite.) Celle-ci est appliquée malgré quelques difficultés. Chaque événement suscite une condamnation quasi unanime bien qu’il y ait des divergences d’opinion et de solutions à apporter.

I- Une législation nécessaire afin de freiner l’avancée du racisme.

1- historique du racisme

« Le racisme a une histoire. D’abord, de l’antiquité au milieu du XVIII siècle, la civilisation occidentale s’est définie contre les « autres », ceux qui n’appartenaient pas à son univers géographique ou religieux : Noirs, indiens, juifs, musulmans ou hérétiques. Puis est apparue, au XIX siècle, une véritable révolution des idées, lorsque les « savants » ont voulu établir une hiérarchie entre les populations. Notre époque, enfin, a vu l’application concrète et monstrueuse de ces préjugés. Principalement quand on a exterminé des millions d’individus au nom de la race. » « L’Histoire » n°214 du 10/1997

a) des origines anciennes

A quand remonte le racisme ? C’est une question souvent délicate. Pour les Grecs et les Romains, les étrangers étaient des « barbares ». Dans l’Europe chrétienne du Moyen-Age, on parlait d’ « infidèles ». Mais c’est lorsque les Occidentaux ont découvert des mondes inconnus peuplés d’individus aux coutumes et à l’apparence étrange que les premières théories sur l’inégalité des hommes ont fait leur apparition. En effet, dans l’Antiquité, l’idée de race et les conséquences qu’elle implique n’existaient pas. Mais du côté grec, Hérodote, par exemple, admirait l’Ethiopie, peuplée de Noirs, où « les hommes y sont plus grands, les plus beaux y vivent plus longtemps ». Les Romains, quant à eux, avaient une institution politique à caractère universel, qui réunissait tous les peuples de la terre. Cicéron écrivait « les hommes diffèrent par le savoir, mais ils sont tous égaux par leur aptitude au savoir ; il n’est pas de race qui, guidée par la raison, ne puisse parvenir à la vertu ». Cependant, c’est l’esclavage qui nous permet de situer l’origine du racisme dans l’Antiquité. N’est-ce pas un reniement de l’égalité des hommes ? L’esclave était considéré comme un animal domestique, une chose ou encore un objet. Néanmoins, c’était encore loin du racisme parce qu’on pouvait affranchir un esclave qui devenait par conséquent un « humain ». C’est dans les derniers siècles de l’Antiquité que le développement de la pensée chrétienne remet en doute la légitimité de l’esclavage comme l’idée d’inégalité entre les peuples.

b) une évolution singulière

Plus tard, lors de voyages, Joinville rencontra de nombreux nomades qu’il décrit dans ses livres avec une vision très dépréciative. Ainsi s’esquissent les schémas de l’exclusion dans l’imaginaire médiéval. Mais ça n’entraîne pas pour autant des pratiques de ségrégation. On assiste par rapport aux Juifs, par exemple, à beaucoup d’hésitations, des périodes de répressions alternant avec des phases de plus grande tolérance ou d’indifférence. Cependant, en France, dès le XIII siècle, Saint-Louis se sent investi d’une mission de purification du royaume et rejette tous les « impurs » (tels que les Juifs). Obsédé par sa foi en Dieu, Saint-Louis multipliait les édits contre les Juifs. De telles conceptions et de telles pratiques ont fait le lit de l’antisémitisme ultérieur. En 1212, la victoire des chrétiens à Las Navas leur fit prendre confiance en eux. A partir de là, ils voulurent imposer leur religion catholique à tous. Les Juifs furent les premières victimes et leur rejet de la société fut exacerbé par la crise économique des XIV° et XV° siècles et fixa contre eux la haine populaire. Même si, de nos jours, la loi est contre le racisme, ça n’a pas toujours été le cas. Voilà quelques lois et décrets racistes qui ont été instaurés en France :
-  325 : concile de Nicée pendant lequel est décidé que les Juifs sont les assassins d’un « dieu vivant » (Jésus) et donc qu’ils doivent être mis à l’écart de la société. Exemple : interdiction de manger avec des Juifs, les Juifs n’ont pas le droit d’employer des Chrétiens.
-  VI siècle : Grégoire le Grand (540-604) déclare que « le peuple à la nuque raide » (Juifs) doit subsister comme témoins de l’histoire de Jésus. Il faut donc « les séparer du peuple des fidèles. » (comme ils ne sont pas égaux aux Chrétiens, il faut qu’ils aient une utilité  musée vivant.)
-  465 : Vannes  interdiction de se lier d’amitié avec les Juifs et d’assister à leurs offices.
-  535 : Concile de Clermont qui exclut les Juifs des emplois publics.
-  538 : Concile d’Orléans qui interdit les mariages mixtes.
-  1095 : au moment des croisades tous les Juifs rencontrés doivent être tués.
-  1182 : tout bien quel qu’il soit appartenant à des Juifs est pris par l’Etat et son propriétaire expulsé du royaume de France.
-  1306 : Nouvelle expulsion des Juifs qui avaient, auparavant, été autorisés à revenir.
-  1394 : expulsion définitive des Juifs du royaume de France.
-  1648 : Révocation de l’Edit de Nantes par Louis XIV.
-  1806 : Napoléon I retire l’égalité aux Juifs alsaciens et pour 10 ans avec « le décret infâme ». Dates tirées principalement des ouvrages « Le Racisme » d’Eléna De La Souchère, « Etre juif dans la société française » de Béatrice Philippe, « MOURRE », dictionnaire encyclopédique d’histoire ».

Mais c’est au XIX° siècle, que le terme « d’antisémitisme savant » apparaît. En effet, c’est Ernest Renan, philosophe et historien français, qui fut le premier à théoriser l’antisémitisme. En 1855, influencé par la philosophie allemande, il s’intéresse à ce que les Allemands nomment la race « sémitique » (Juifs). Il en écrit un livre, ce qui fera de lui le fondateur de l’antisémitisme savant. En 1890 il publie ses « Pensées de 1848 » où il réaffirme l’inégalité des races.

L’histoire du racisme passe également par des mots importants. Mais savons-nous exactement ce qu’ils signifient ?

Racisme : théorie, fondée sur un préjugé, selon laquelle il existerait des races humaines qui présenteraient des différences biologiques justifiant des rapports de domination entre elles et des comportements de rejet ou d’agression. Xénophobie : hostilité envers tout ce qui est étranger. Nazisme : doctrine politique raciste et antisémite du Parti National-socialiste de Hitler, mise en œuvre pendant la période où il fut au pouvoir en Allemagne. (1931-1944) Antisémitisme : doctrine et attitude d’hostilité et de discrimination à l’égard des Juifs.

2- Des minorités plus ou moins touchées

a) Quelles sont les principales victimes ?

On observe beaucoup d’actes racistes à l’encontre de certaines personnes ; ce qui nous pousse à nous poser certaines questions, telles que : quelles personnes sont atteintes ? Les actes à caractère raciste sont essentiellement tournés vers les ethnies, les personnes pratiquant telle ou telle religion... Les personnes ayant des croyances qui ne sont pas partagées par tous, ou du moins par la majorité, subissent souvent le racisme, sous diverses formes. Les populations originaires du Maghreb, d’Afrique ou encore d’Asie sont victimes de la ségrégation, comme autrefois les Italiens.

b) Montée du racisme

Le racisme ne s’exprime pas d’une seule façon. Il se montre sous différents jours. Les "actes racistes" prennent des formes très variées, allant du graffiti au meurtre ou pire, en passant par les insultes. On peut observer des destructions matérielles : tags, profanations de sépultures, incendies de synagogues... Par exemple, le 15 novembre 2003, dans la banlieue de Paris, un lycée israélite a été incendié. Des insultes à caractère antisémite, ou contre l’origine des gens sont souvent proférées. Certaines organisations racistes comme le Klu Klux Klan, se rendent coupables de barbarie envers leurs victimes, dans leur cas, les afro-américains... L’exemple de la monstruosité du racisme poussé à l’extrême est le cas hitlérien, avec des lois inacceptables, les camps de concentration ou d’extermination, la gestapo : tout un système mis en place pour assurer la suprématie d’une race... L’Apartheid est également un exemple de l’horreur de la discrimination des noirs par les blancs, avec une législation raciste établie par une minorité venue coloniser le pays... Dans le domaine de l’emploi, il existe la discrimination à l’embauche. Ils sont également les premières victimes du chômage. De même, l’accès à certains services est parfois refusé aux "étrangers". L’accès au logement est surtout garanti aux personnes "fiables", ce qui, pour certains propriétaires, exclut les personnes d’origine étrangère... Parfois, ils indiquent dans les annonces qu’ils les refusent, dans ce cas la législation peut intervenir. On les accuse également de "ruiner la France", or ils contribuent à l’équilibre économique du pays ; et d’augmenter l’insécurité, alors que la délinquance n’est pas différente dans les autres classes sociales. Quelques chiffres pour illustrer ces affirmations : En 2000, on a recensé 116 actes antisémites graves ; pour 30 visant d’autres communautés ; soit 80% d’actes antisémites 5 attentats, meurtres,.... On a aussi répertorié 603 menaces antisémites et 119 autres racistes... 11 actes anti-maghrébins ont également été enregistrés. En 2001, on en dénombrait 12. En 2002, 405 actes antisémites ont été recensés. Pour comparer, en 1990 et 1991, on a compté 36 actes anti-maghrébins et 24 antisémites... Il y a donc, d’après ces chiffres, une diminution du racisme d’origine, mais une forte montée de l’antisémitisme.

Source : CNCDH

II- Une application de la législation

1. La législation est appliquée

Face à cette recrudescence du racisme en France, la Justice tente de faire face à toutes les effractions à la législation et les moyens mis en œuvre pour couvrir la totalité des plaintes sont revus à la hausse. Dès que les chefs d’inculpation le permettent, elle n’hésite pas à punir sévèrement les auteurs de ces actes. Même sur Internet, qui jusqu’à maintenant échappait à tout contrôle, les sites à caractère raciste et les propos diffusés incitant à la haine raciale sont démantelés et leurs initiateurs condamnés. En voici 2 exemples récents dont les jugements sont considérés par de nombreuses personnes comme exemplaires.

-  26 mars 2002 Le tribunal correctionnel de Paris a condamné un internaute parisien à 18 mois d’emprisonnement avec sursis, 3 ans de mise à l’épreuve, un dédommagement de 1500 euros aux deux parties plaignantes ainsi qu’une amende de 70 euros, pour diffamation raciale et provocation à la discrimination raciale. Il a été reconnu coupable d’avoir diffusé, entre septembre et novembre 2000, une série de textes à caractère antisémite dans des forums de discussion.

-  5 novembre 2003 La 17ème chambre a condamné Alexandre Attali à une peine de 4 mois d’emprisonnement assortie du sursis pour provocation à caractère raciste à la discrimination, la haine ou la violence. Il est en outre condamné, en plus des dommages et intérêts, à payer la publication dans le journal Le Monde d’un communiqué faisant état de cette condamnation. Le Mrap se félicite de ce jugement qui représente un signe fort contre toutes les dérives racistes qui sont légions sur Internet. Le site amisraelhai.org faisait partie d’une nébuleuse de sites web qui réunissaient des sites entretenus tant par des extrémistes issus de l’extrême droite classique, tels que néo-nazis, intégristes catholiques, que de l’extrême droite se réclamant du judaïsme (voir le rapport du MRAP, " La naissance d’une nouvelle extrême droite sur Internet ", juillet 2003). Sous couvert de "nettoyer la France" ou de défendre Israël, ces sites sont de véritables appels à la haine, au racisme, à l’exclusion, et au fanatisme contre les Arabes et les Musulmans. Le Mrap, qui a dénoncé dans un rapport intitulé : " La naissance d’une nouvelle extrême droite sur Internet " l’alliance fasciste et raciste sur le net, rappelle la nécessité impérieuse de combattre toutes les expressions racistes de quelque nature ou origine qu’elles soient, que ce soit les proses racistes de Radio Islam à l’encontre des juifs, que ce soit sos-racaille.org ou encore amisraelhai.org qui expriment leur haine arabophobe. La nature du racisme est la même : la haine de l’autre, l’exclusion, et le fanatisme. (Paris, le 4 novembre 2003)

Au niveau scolaire, les règlements intérieurs, en accord avec la législation, répriment sévèrement tout acte ou propos à caractère raciste. Mais face aux 455 faits racistes recensés au premier trimestre 2002-2003, la répression systématique s’est accentuée fin février 2003, grâce à des instructions et des consignes de fermeté données aux recteurs afin de renforcer les sanctions à prendre.

2. Des difficultés

Le racisme de certaines personnes peut s’expliquer par la recherche d’un coupable à leurs difficultés quelles qu’elles soient. Par exemple certaines personnes disent que s’il y a du chômage, c’est à cause des immigrés qui prennent leur place. C’est le phénomène de « bouc émissaire ». En général, la population s’en prend à celui qui est « différent ». D’autres personnes se servent de ces tensions et les accentuent afin de manipuler les gens à leur guise et parfois dans le but de former des groupes extrêmement violents impossibles à contrôler pour les autorités. La désinformation est aussi un facteur très présent dans notre société et souvent, c’est celui-ci qui accentue le racisme qui se propage à grande vitesse dans certains milieux et partis politiques même nouvellement touchés comme les Verts. Donc, à présent, en plus de l’extrême droite et l’extrême gauche qui augmentent, d’autres partis politiques deviennent des partis à fort pourcentage raciste. Face à une telle augmentation du racisme ( 24 actes antisémites en 1991 pour 405 actes en 2002), l’état français a du mal à réagir conformément aux besoins puisque, entre autre, le peu de solutions qui existent ne sont pas facilement applicable comme, par exemple, la solution de l’enseignement et de l’éducation de <> qui demande des aptitudes que les professeurs n’ont pas toujours et qui demande aussi un minimum d’écoute de la part des élèves ce qui est impossible dans certains établissements ( exemple : établissement Saint-Denis dans la région parisienne dont certains professeur ont témoigné des comportements racistes des élèves et des difficultés voire impossibilité d’enseigner des faits tel que la Shoah ).

III- Réactions / solutions

De nombreux mouvements et associations ont pour but de lutter contre le racisme : les plus connus agissent au niveau national tels que le MRAP (mouvement contre le racisme et pour l’amitié des peuples), la Licra (ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme) ou SOS racisme et intentent des poursuites judiciaires aux côtés des victimes. Ils organisent également des journées et des actions de sensibilisation, éditent des affiches... Mais il faut rester vigilant car Internet véhicule également des propos incitant à la haine raciale, par exemple un site portant un nom comme SOSracaille est supposé lutter contre le racisme envers les jeunes « beurs » des banlieues, pourtant on pouvait y lire pendant la semaine du 11 septembre 2001 : « N’oublions jamais que l’islam est une souillure pour l’humanité, une insulte permanente à l’intelligence occidentale. » ce qui paraît en total désaccord avec le nom du site, c’est ainsi que leurs auteurs se camouflent.

Le Gouvernement ne reste pas indifférent et tente de prévenir lui aussi le racisme avant de le réprimer. Comme tout ceci passe avant tout par l’éducation, le 27 février 2003, Luc Ferry, actuel ministre de l’Education Nationale, a rédigé 10 mesures, dont voici les principales directives, qui vont dans cette optique :

-  Un bilan de tous les incidents qui ont été signalés depuis le début de l’année scolaire sera rapidement établi de manière à concevoir une action qui soit proportionnée à la situation.

-  Afin de mobiliser sur ce sujet les différentes administrations, la Direction de l’enseignement scolaire s’est vue confiée le soin de mettre en place une cellule de veille et de suivi des incidents à caractère raciste et antisémite qui sera chargée non seulement de la prévention de ces incidents mais également de donner aux professeurs ainsi qu’aux cadres du système éducatif toutes les indications susceptibles de les aider à résoudre concrètement les problèmes qu’ils rencontrent sur le terrain. Une vingtaine de " médiateurs " seront en permanence prêts à intervenir au sein des établissements. Il s’agit bien de faire en sorte qu’on ne tolère aucune dérive ou aucun manquement en cette matière mais, au contraire, qu’une réponse soit apportée chaque fois que cela est nécessaire.

-  Des cellules analogues seront en outre mises en place au sein de chaque rectorat afin d’agir efficacement et rapidement.

-  Une réunion a été organisée au ministère le mercredi 26 mars 2003 avec des représentants de divers Conseils de la Jeunesse et Conseils de la Vie Lycéenne, elle a permit d’examiner avec les jeunes les mesures qui pourraient être mises en œuvre à leur niveau dans les établissements.

-  Dans le cadre de la politique conduite en faveur de l’engagement des jeunes, les projets de lutte contre les effets pervers du communautarisme seront encouragés.

-  Une commission, aidée de personnalités jugées expertes en la matière, est chargée de rédiger un livret destiné à être diffusé dans les établissements. Elle s’orientera sur trois axes : tenir compte des exigences contemporaines relatives aux droits culturels des minorités, établir un recueil de textes de référence, élaborer un guide d’action permettant aux équipes enseignantes d’apporter une réponse concrète et adaptée en cas de conflit.

-  Dans le cadre de l’actualisation des programmes, il sera mis en place une sensibilisation des élèves avec un « parcours civique » lié étroitement à la vie scolaire ainsi qu’une continuité au niveau de l’éducation civique de la 6° à la terminale.

Les parents sont également concernés par des formes insidieuses de racisme qui se révèlent souvent lorsque leurs enfants fréquentent des amis classés « mauvaise fréquentation » dès le premier regard selon des critères de couleur de peaux ou de vêtements. Ils devraient plutôt sensibiliser leurs enfants à ce genre de préjugés.

Le magazine « Phosphore » a sondé des jeunes de 15 à 25 ans sur leurs rapports avec le racisme dont voici les résultats :

Pour la majorité des jeunes, le racisme est plutôt répandu : il y a donc une vraie prise de conscience des jeunes du phénomène de recrudescence du racisme ; de plus ceux-ci en ont perçu les méfaits et veulent les limiter en désirant voir interdire l’expression en public des propos racistes (65%) mais d’autres, moins nombreux, (34%) désirent plutôt préserver la liberté d’expression, jugeant un individu capable de faire la part des choses et de réfléchir intelligemment face à ces propos. Un point du sondage est pourtant inquiétant : 53% des jeunes accorde que certains comportements justifient des réactions racistes, ce qui rend d’une certaine façon les réactions légitimes !

Beaucoup de personnes qui se disent non racistes ont pourtant des réactions qui dévoilent leurs peurs intimes face à l’étranger et l’inconnu : d’après un témoignage paru par le magazine « Phosphore », deux adolescents se déclarant non racistes sont pourtant réticents lorsqu’on leur demande s’ils seraient prêts à sortir avec un Chinois, un Congolais, un Marocain ou un Tzigane : la fille « euh... bah... les gitans, ils vivent un peu bizarrement. En plus... ils font des trucs pas toujours nets... » et le garçon « ouais, c’est vrai. Y a pas longtemps, je me suis fais braquer par un gitan... ». D’autres, conscients de la difficulté de surmonter les préjugés véhiculés par leur entourage, pensent que personne n’échappe totalement au racisme mais que la différence se fait au moment où l’on fournit les efforts pour surmonter ses peurs : « ce serait cool un monde sans racisme, mais c’est une utopie car, inconsciemment ou non, tu ne parles pas de la même manière à une fille, un obèse, un handicapé ou bien un Noir. Seulement il y a plusieurs degrés de racisme. » « Bien sûr que si, on est tous un peu raciste. Trop facile de dire « C’est pas pour moi, y a que les “salauds” pour penser comme ça. » Lutter contre le racisme, c’est d’abord une lutte intérieure parce qu’on a tous des préjugés qui peuvent dégénérer en haine de l’autre. »

JPEG - 48.2 ko
Les rencontres transcendent l’humain
L’Est Républicain 4 juin 2003


Commentaires  (fermé)

Agenda

<<

2017

>>

<<

Avril

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

4 avril 2014 - Du 19 au 23 octobre 2014 Yad Layeled propose une formation pour les inspecteurs et les conseillers pédagogiques

Séminaire de formation Yad Layeled France Du 19 au 24 octobre 2014, l’association Yad (...)

9 septembre 2013 - Le sauvetage des enfants juifs, 1938-1945 sur France 5 tv

Remarquable film-documentaire disponible en ligne jusqu’au 15 septembre 2013. L’Oeuvre de (...)

7 mai 2013 - Secrets d’Histoire en Israël sur France 2 ce soir : Un homme nommé Jésus

Bonjour à toutes et à tous, "Nous sommes heureux de vous informer de la diffusion ce soir 7 mai (...)

29 avril 2013 - Film documentaire sur Moissac la Juste : "J’avais oublié"

Moissac la Juste Tout d’abord Moissac au début de la guerre est en zone libre, de nombreuses (...)

29 avril 2013 - Livre : Survivre, les Enfants dans la Shoah de Michèle Gans

"Survivre, les enfants dans la Shoah" de Michèle Gans, éditions Ouest-France "Le bien évident (...)

Météo

Belfort, 90, France

Conditions météo à 01h00
par weather.com®

Clair de lune voilé

2°C


Clair de lune voilé
  • Vent : 3 km/h - sud-est
  • Pression : 987 mbar tendance symbole
Prévisions >>

Prévisions du 23 avril
par weather.com®

Inconnu

Max 2°C
Min N/D°C


Inconnu
  • Vent : N/D km/h
  • Risque de precip. : %
<< Conditions  |  Prévisions >>

Prévisions du 24 avril
par weather.com®

Soleil

Max 18°C
Min 7°C


Soleil
  • Vent : 12 km/h
  • Risque de precip. : 0%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 25 avril
par weather.com®

Averses

Max 13°C
Min N/D°C


Averses
  • Vent : 16 km/h
  • Risque de precip. : 100%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 26 avril
par weather.com®

Averses

Max 7°C
Min -1°C


Averses
  • Vent : 6 km/h
  • Risque de precip. : 80%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 27 avril
par weather.com®

Averses

Max 10°C
Min -1°C


Averses
  • Vent : 11 km/h
  • Risque de precip. : 40%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 28 avril
par weather.com®

Averses

Max 11°C
Min N/D°C


Averses
  • Vent : 11 km/h
  • Risque de precip. : 40%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 29 avril
par weather.com®

Soleil et nuages épars

Max 14°C
Min 2°C


Soleil et nuages épars
  • Vent : 6 km/h
  • Risque de precip. : 10%
<< Prévisions