Pourim

La fête des "sorts", l’histoire de la reine Esther et de Mardochée
lundi 28 mars 2005
par Nadia Darmon.H
popularité : 4%
6 votes

La fête de Pourim

Pourim : " Les Sorts " terme d’origine accadienne ou Perse, littéralement "tirés au sort", en référence aux dès lancés par Haman, dit la tradition, afin de fixer la date du projet d’anéantissement du peuple Juif de tout l’Empire.(Livre de Esther 3,7-14).

Le 13 du mois de Adar, soit en Mars, inaugure la fête de Pourim par un jeûne décrété par la reine Esther avant qu’elle n’intercède auprès du roi Assuérus, son époux, en vue d’obtenir le retrait de son ordre signé de lui mais conçu par son ministre Haman, d’anéantir son peuple résidant dans tout le royaume de Perse. (Livre de Esther 4,16). "On trouve une allusion à ce jeûne dès l’époque hasmonéenne (II° siècle av. è.c), dans le traité Soferim 14,4."

Le 14 du mois de Adar, est célébré la fête de Pourim instituée par Mordehaï (Mardochée), cousin ou oncle d’Esther (selon les récits), consacrant la sauvegarde du peuple Juif, grace à la providence et à l’intervention de la reine.

"Le 15 du mois de Adar porte le nom de " Pourim de Suse" (ou Chouchan Pourim) en raison du combat qui opposa les Juifs et les partisans d’Haman dans la capitale perse (l’antique Suse, en hébreu Chouchan), combat qui se poursuivit au-delà du 14" Assuérus ne pouvant pas annuler son décret en a promulgué un autre permettant aux Juifs de se défendre de leurs ennemis, et ainsi leur accorda un jour de plus pour les vaincre totalement mais également pour que l’ordre puisse parvenir à temps dans tout le royaume.(Le livre de Esther 9,13-18). Pour cette raison la fête ne peut être célébrée qu’un jour plus tard, soit le 15 du mois de Adar.

La fête de Pourim est considérée comme une fête mineure, cependant qu’il s’attache à cette circonstance de nombreuses traditions orales et un rituel d’échange de patisseries traditionnelles dont les fameuses "Oreilles d’Haman" (Ozné Haman) chez les Juifs d’Afrique du Nord, les "Poches d’Haman" ou Hamentashen en Yiddish, petits pains triangulaires fourrés de dattes, de pruneaux, de graines de pavot. Il est permis de se déguiser et de festoyer, c’est l’occasion de spectacles et de réjouissances. Les enfants reçoivent le Pourim-gelt (l’"argent de Pourim) en présent.

Meggilat d'Esther

"Les lois concernant la fête de Pourim sont décrites dans le traité talmudique Megillah", du nom même du livre de Esther dit "Megillah d’Esther" ou rouleau d’Esther, qui fait le récit de l’événement.Il est fait obligation au fidèle de lire ou d’écouter la lecture de la Megillah, lors des deux offices du soir et du lendemain matin à la synagogue. Il est de coutume d’organiser lorsque la lecture en vient à prononcer le nom de Haman, un "joyeux" chahut (taper du pied, siffler, crécelles (greggers en yiddish). "Cette pratique ancestrale provient de l’injonction d’"effacer la mémoire d’Amaleq" (Deut 25,19), dont on dit qu’il était l’ancêtre de Haman (Esther 3,1)."

Notons enfin que le Livre d’Esther est un récit qui ne porte pas le nom de Dieu, et cette absence donne lieu à d’innombrables commentaires rabbiniques. Il est dit le plus souvent que "Dieu est caché" d’où le nom de Esther qui signifierait "caché".

Le caractère festif et carnavalesque traditionnel prend toute sa dimension aujourd’hui en Israël. Détail d'une mappa, 1894, Belfort.

Il nous faut préciser sans entrer dans les détails, que Amaleq suivi de Haman suivi de Antiochus IV Epiphane (voir Hannouccah), suivi lui même d’autres concepteurs de l’anéantissement des Juifs à travers l’histoire du peuple dont le dernier fut Hitler, cristallisent cette volonté de détruire le peuple juif, qui réapparaît régulièrement, et incarnent ainsi l’archétype du Mal.

Assuérus est généralement identifié à Xerxès 1er ou Ataxerxès et le récit se déroulerait vers le milieu du V° siècle av. èc.La tradition ajoute, ce qui complique l’identification du roi, que Darius serait le fils d’Esther ; la tradition ne dit pas quel Darius !

L’historicité de Pourim :"La célébration de Pourim et l’historicité des événements décrits soulèvent parfois des critiques. Les auteurs scientifiques ont souligné les difficultés à situer chronologiquement ce récit et les problèmes que pose l’absence, dans les sources perses, d’allusions historiques à un roi Assuérus ou même à un roi quelconque ayant eu un ministre juif (Mordehaï ayant succédé à Haman auprès du roi). De plus les analogies nominales entre Esther et Mordekhaï et les dieux babyloniens Ishtar et Marduk, ainsi que l’absence de toute allusion à Pourim dans la littérature juive antérieure au 1er siècle av. èc. posent également des problèmes, auxquels s’ajoute celui de la langue utilisée dans le livre d’Esther qui suggère une époque de rédaction tardive. Les spécialistes sont arrivés à la conclusion que l’origine de cette fête ne pouvait pas se fonder sur ce seul récit. Si diverses hypothèses ont été proposées, il n’en demeure pas moins qu’aucune solution n’a prévalu jusque là. L’existence de Pourim fut entérinée au II° siècle è.c. avec la rédaction du traité Megillah de la Michnah, entièrement consacré aux lois régissant sa célébration."

Toutefois, les historiens ne peuvent ignorer la transmission orale et les informations qu’elles véhiculent, bien qu’il ne soit pas aisé de les interpréter, et bien que les sciences orales soient négligées. Ainsi, les communautés juive d’Iran connaissent un lieu de sépulture existant encore aujourd’hui dit "le tombeau d’Esther et de Mordehaï", situé sur les hauts plateaux d’Iran. Il est gardé par un vieux juif. Certains juifs iraniens portent le nom de Djamchid dont ils disent correspondre au nom du roi qui permit d’épargner les Juifs. J’ajouterais que si l’on explique la démarche politique du roi Cyrus le Grand qui permit à toutes les minorités de son royaume la liberté de culte, il autorisa le retour en Palestine des Juifs anciennement déportés en Babylonie (-585 av.è.c), et institua la levée d’un impôt pour la reconstruction du Temple de Jérusalem, auprès des Juifs restant en Perse. Mais ce qui vient troubler davantage la compréhension du récit, c’est que cahin caha, le Temple fut reconstruit et terminé sous le règne de Darius 1er (-515/520 av.è.c) ; ce qui signifie que durant plusieurs règnes, le décret de Cyrus fut renouvelé ou maintenu, jusqu’à la reconstruction finale du Temple de Jérusalem. Ici, la géo-politique de l’Empire Perse n’expliquerait pas tout.

"Dans la Kabbale et la littérature hassidique, la fête de Pourim est considérée comme un jour de joie et comme une commémoration de l’oeuvre divine, mais de façon indirecte car le nom de D. n’est jamais mentionné dans le livre. Les "Sorts" sont comparés à ceux qui sont tirés à Yom Kippour (Lv 16,8) tandis que l’être humain nomme "foi" ou "chance" ce qui n’est qu’une manifestation de la Providence divine. Les kabbalistes attachèrent une telle importance à cette fête qu’ils affirmèrent , au nom d’Isaac Louria, que le jour de Yom Kippour était yom ke-Pourim (jour comme Pourim)."

Par cette fête dont on dit aussi qu’elle est la seule qui subsistera aux temps messianiques, les Juifs renouvellent la constante réalité de leur lutte contre l’antisémitisme et leur foi indéfectible en la providence divine.

Réf : Dictionnaire Encyclopédique du Judaïsme, édition Cerf.



Commentaires  (fermé)

Agenda

<<

2017

>>

<<

Mai

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

7 mars 2013 - Sur Akadem écouter le colloque de Aleph : Les femmes et le judaïsme dans le monde contemporain

Aleph - Centre d’études juives contemporaines de Montréal - dirigée par Sonia-Sarah Lipsyc a (...)

5 octobre 2012 - La paracha de la semaine en vidéo sur le site du Consistoire

Retrouvez la paracha de la semaine en vidéo à partir du dimanche 7 octobre 2012 sur la page (...)

2 février 2012 - Le Grand-Rabbin Gilles Bernheim s’exprime au sujet de la dignité de la femme dans le judaïsme

Janvier 2012 - Intervention du Grand-Rabbin Gilles Bernheim au sujet de la dignité des femmes (...)

13 janvier 2012 - Sur France Culture : Le livre d’Esther : réflexions sur une littérature de diaspora dans le judaïsme de l’époque du deuxième Temple

Sur France Culture Plateformes : Le livre d’Esther : réflexions sur une littérature de diaspora (...)

1er décembre 2011 - Conférence sur Akadem : Quarante méditations juives avec Gilles Bernheim

Une conférence coup de coeur : Magazine culturel d’Akadem Quarante méditations juives, avec (...)

Météo

Belfort, 90, France

Conditions météo à 12h30
par weather.com®

Soleil voilé

22°C


Soleil voilé
  • Vent : 11 km/h - nord nord-ouest
  • Pression : 990 mbar tendance symbole
Prévisions >>

Prévisions du 24 mai
par weather.com®

Soleil et nuages épars

Max 21°C
Min 11°C


Soleil et nuages épars
  • Vent : 11 km/h
  • Risque de precip. : %
<< Conditions  |  Prévisions >>

Prévisions du 25 mai
par weather.com®

Soleil voilé

Max 23°C
Min 10°C


Soleil voilé
  • Vent : 17 km/h
  • Risque de precip. : 10%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 26 mai
par weather.com®

Soleil

Max 25°C
Min 12°C


Soleil
  • Vent : 17 km/h
  • Risque de precip. : 10%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 27 mai
par weather.com®

Soleil

Max 28°C
Min 13°C


Soleil
  • Vent : 8 km/h
  • Risque de precip. : 10%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 28 mai
par weather.com®

Soleil voilé

Max 30°C
Min 16°C


Soleil voilé
  • Vent : 4 km/h
  • Risque de precip. : 20%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 29 mai
par weather.com®

Soleil et nuages épars

Max 27°C
Min 15°C


Soleil et nuages épars
  • Vent : 11 km/h
  • Risque de precip. : 10%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 30 mai
par weather.com®

Orage épars

Max 22°C
Min 13°C


Orage épars
  • Vent : 9 km/h
  • Risque de precip. : 60%
<< Prévisions