Les deux Lois

par Elie Benamozegh et Aimé Pallière
lundi 13 décembre 2004
par Nadia Darmon.H
popularité : 1%
1 vote

(Extrait de Israël et l’Humanité, de Elie Bénamozegh et Aimé Pallière, éd. E. Leroux, 719 et suiv.)

LES DEUX LOIS

"Comment l’Israélite parvenait-il à concilier l’existence simultanée de deux Lois, l’une propre aux Gentils, l’autre réservée aux Juifs, autrement dit de deux religions divines, de deux Eglises également légitimes ? La réponse se trouve dans l’exode du discours que Dieu met dans la bouche de Moïse, à l’adresse de Pharaon : « Israël est mon fils premier-né. » - Ce titre de premier-né que l’Eternel donne à son peuple, loin d’exclure les autres enfants du Père céleste, les suppose au contraire formellement. Voilà donc le fond de la pensée israélite. L’humanité est conçue comme une grande famille dont Dieu est le Père suprême ; et Israël, le premier-né parmi les peuples frères, est, comme dans l’antique société orientale, le prêtre de cette famille, le dépositaire et l’administrateur des choses sacrées, le médiateur entre le ciel et la terre. Ile se trouve investi des fonctions sacerdotales pour le service de tous.

A la lumière de cet enseignement, on comprend que le judaïsme soit double dans l’unité de sa doctrine, ce qui constitue, nous l’avons dit, un fait absolument unique dans l’histoire. Il a deux lois, deux règles de discipline, deux formes de religion en un mot : la loi laïque résumée dans les sept préceptes des fils de Noé et la loi mosaïque ou sacerdotale, dont la Torah est le code ; la première destinée à tout le genre humain, la seconde réservée à Israël seulement ; l’une ne contenant que les principes essentiels de religion et de morale qui s’accordent avec la raison et la conscience universelles, l’autre répondant par ses dogmes, ses rites, ses préceptes hiérarchiques, aux besoins mystiques de l’humanité, - double aspect nécessaire d’une même Loi éternelle.

Telle est la signification de l’élection que Dieu a faite d’Israël. Il a été choisi pour remplir l’office éminent de docteur, de prédicateur, de prêtre des nations, que lui valurent sans doute les insignes mérites de ses patriarches, mais certainement aussi sa prédisposition naturelle à accueillir la vérité religieuse, son génie foncièrement monothéiste, comme le proclame aujourd’hui d’une voix unanime la critique indépendante, et surtout ce caractère ferme, tenace, indomptable qui était nécessaire pour résister au monde païen, pour le vaincre et pour le convertir...

C’est un fait que ce petit peuple obscur, méprisé, détesté par les Gentils, qui ne possédait ni la science des Grecs, ni la puissance des Romains, ni même le prestige d’une haute antiquité, puisqu’en face des vieilles nations d’Orient, il ne s’attribue qu’une origine relativement récente, voie aujourd’hui sa religion, ses Ecritures, ses traditions, ses lieux saints devenus l’objet de la vénération universelle. Bien plus, son nom même est disputé par des peuple de races bien différents, qui professaient jadis des cultes très divers et qui tous, comme par miracle, se sont transformés, dans une certaine mesure, sur le modèle qu’il avait tracé, chacun prétendant être le véritable Israël. Sémites et Aryens, Orientaux et Occidentaux, barbares et civilisés, catholiques romains, protestants, mahométans, tous se sont efforcés de reproduire, chacun à sa manière, le type biblique, et, sous l’extrême variété des formes, on peut distinguer l’unité substantielle qui prédomine chez tous : la conviction d’être les héritiers légitimes du peuple élu...

Or, derrière le christianisme et l’islamisme, avec leurs grandeurs, mais aussi leurs imperfections, derrière Jésus et Mahomet, c’est le judaïsme que nous retrouvons avec sa Loi sainte, son plan d’organisation de l’humanité, ses espérances de rénovation et de fraternité universelles. Comme la face du monde aurait changé si, au lieu de s’attacher presque exclusivement à la personne pourtant si problématique de Jésus, reconstruisant une mythologie nouvelle sur les ruines des anciennes, le christianisme avait mieux saisi et mieux adapté les vérités de l’hébraïsme dont le Nazaréen, bien loin de songer à fonder une Eglise rivale, avait sans doute désiré, en bon Juif, la propagation ! Si au lieu de rompre le lien naturel qui devait l’unir à Israël, il avait travaillé, de concert avec celui-ci, à la constitution de la grande famille humaine dont les différents peuples sont les membres également chers au Père qui est aux cieux ! Que de sang épargné ! Que de pages affligeantes rayées du livre de l’histoire ! Et comme le judaïsme a raison, en présence des scandales, des abus de la force, des guerres iniques qui désolent notre terre, de maintenir sa protestation contre les prétentions injustifiées des religions issues de lui : Non, non, vous n’êtes point encore le messianisme que je prêche et que j’attends ! Non, non, vous ne réalisez par l’idéal de mes Prophètes !"

(Elie Bénamozegh et Aimé Pallière, Israël et l’Humanité, éd. E. Leroux, 719 et suiv.) Texte tiré de Anthologie Juive des origines à nos jours, de Edmond Fleg, éd. Flammarion, 1951 -



Agenda

<<

2017

>>

<<

Mars

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272812345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

7 mars 2013 - Sur Akadem écouter le colloque de Aleph : Les femmes et le judaïsme dans le monde contemporain

Aleph - Centre d’études juives contemporaines de Montréal - dirigée par Sonia-Sarah Lipsyc a (...)

5 octobre 2012 - La paracha de la semaine en vidéo sur le site du Consistoire

Retrouvez la paracha de la semaine en vidéo à partir du dimanche 7 octobre 2012 sur la page (...)

2 février 2012 - Le Grand-Rabbin Gilles Bernheim s’exprime au sujet de la dignité de la femme dans le judaïsme

Janvier 2012 - Intervention du Grand-Rabbin Gilles Bernheim au sujet de la dignité des femmes (...)

13 janvier 2012 - Sur France Culture : Le livre d’Esther : réflexions sur une littérature de diaspora dans le judaïsme de l’époque du deuxième Temple

Sur France Culture Plateformes : Le livre d’Esther : réflexions sur une littérature de diaspora (...)

1er décembre 2011 - Conférence sur Akadem : Quarante méditations juives avec Gilles Bernheim

Une conférence coup de coeur : Magazine culturel d’Akadem Quarante méditations juives, avec (...)

Météo

Belfort, 90, France

Conditions météo à 0h0
par weather.com®

Inconnu

°C


Inconnu
  • Vent :  km/h - N/D
  • Pression :  mbar tendance symbole
Prévisions >>