Le Talmud de France est né à Ramerupt

Le village d’où rayonna l’école française du commentaire tossafiste
mercredi 6 juillet 2005
par Nadia Darmon.H
popularité : 8%
15 votes

Photo : Neh/2005/Dans la maison de prières reconstituée à Ramerupt/témoignage du rayonnement universel de l’école française, l’arbre généaloique du rayonnement.

Le rayonnement des travaux des tossafistes est considérable de par le monde juif et chrétien, il est la partie incontournable du commentaire biblique et talmudique.

Gare de Troyes, le 27 juin 2005.

Huit heures du matin, rapidement nous déposons nos maigres bagages à l’hôtel, nous avions rendez-vous avec Rabbénou Tam et Rachi. Le colloque scientifique consacré à Rachi de Troyes à l’occasion du 900ième anniversaire de sa mort commençait.

La ville de Troyes a la particularité d’avoir favorisé et contribué à faire entrer Rachi dans la culture champenoise, par la création de l’Institut Universitaire Rachi qui dépend de l’Université de Reims et qui dispense des cours de pensée juive, d’hébreu et de culture à quelque 150 étudiants. L’Institut est dirigé actuellement par Claude Sultan, et le Grand Rabbin René-Samuel Sirat contribua à sa création et à son développement. Il se situe 2, rue Bruneval face au centre communautaire qui inclut la Synagogue créée par son rabbin Elie Semoun, il y a 54 ans, dans une ancienne Abbaye.

Les participants au colloque s’étaient partagés en deux groupes, l’un avait choisi la visite de l’Abbaye de Clairvaux, l’autre la visite de Ramerupt et Dampierre. Première étape avant une avalanche de conférences des plus pointues sur le Moyen Age et Rachi.

JPEG - 20.7 ko
Hommage à Rabbénu Tam
Devant la tombe reconstituée à Ramerupt (France).

Par une chaleur torride, nous avons rejoint l’autoroute vers Paris, puis la nationale puis la départementale, et avons traversé la campagne champenoise toute dorée, caressée par le vent sur 30 km. Qui l’eut cru ? Ramerupt apparut comme un village ordinaire, et nous descendîmes de notre véhicule près de l’église, rue du Grand Cimetière. Nous avons frappé à une première porte afin que la propriétaire nous ouvrît une autre porte... Nous scrutions la moindre poutre ancienne d’une masure envahie de poussière à travers une lucarne, au hasard du regard, mais la propriétaire nous conduisit vers une petite maison basse aménagée en lieu de recueillement par une association de hassidim ; un lieu symbolique dans Ramerupt avec sa pierre tombale symbolique, et un cerisier en fleur dans le jardin, et des veilleuses au pied de l’arbre de l’enseignement.

A l’intérieur de la maison équipée pour la prière, un arbre généalogique de l’enseignement tossafiste occupe un large mur ; les grands maîtres et leurs élèves, et les élèves des élèves se succèdent et s’élèvent vers le haut. Cet arbre témoigne du rayonnement de l’école française de l’étude et du commentaire talmudique.

Parmi les maîtres mentionnés, on trouve Benjamin de Canterburry, Isaac le Blund, Isaac Bar Samuel l’ancien de Dampierre, Moïse de Kiev, et aussi Yom Tov de Joigny qui avait encouragé les Juifs de York à choisir le suicide plutôt que la conversion. C’est Gérard Nahon [1] qui nous fit un exposé pour présenter le plus illustre des tossafistes, fils de Rabbi Meïr ben Samuel et de Jochebed fille de Rachi, soit Jacob ben Meïr dit Rabbénou Tam (1100-1171) par qui l’Ecole Française connut un tel retentissement qu’elle imprima à jamais à l’étude talmudique une méthode de lecture qui rendit le texte simple et transparent. c’est Rabbenou Tam qui à travers ce qu’on appelle l’Ecole Française intronisa Rachi comme le maître à penser précisément de cette Ecole des Tossafistes.

Rabbenou Tam étudia auprès de son père, de son frère Samuel ben Meïr (Rachbam), et Jacob ben Samson élève de Rachi.

On notera que Joseph Qara fut l’élève de Rachi et celui de Rabbénou Tam. Le professeur Perani de l’Université de Bologne vient de retrouver un manuscrit de Joseph Qara dans la "Guéniza Italienne". Il arriva à Rabbénou Tam d’être en désaccord avec son grand-père Rachi, notamment concernant la position de la Mezzouzah sur les montants de porte, ainsi Rachi soutenait qu’elle devait être positionnée à la verticale, et Rabbénou Tam à l’horizontale ; ce qui valut à la tradition d’adopter la position inclinée afin de se conformer à l’enseignement des deux maîtres.

Bien établi à Ramerupt, Rabbenou Tam possédait maisons et terres qu’il administrait en même temps qu’il menait l’étude de son école ou Yeshivah qui fut fréquentée par plus de quatre vingt tossafistes. Comme il était d’usage, il subvenait aux besoins de ses étudiants. Il possédait de nombreux manuscrits qui provenaient outre d’Allemagne et du Nord de la France, d’Afrique du Nord et d’Espagne, il les corrigeait et les annotait, il possédait également des manuscrits de Rachi.

Un participant au colloque fit remarquer que certains textes évoquaient le nom de lieu de "Romerupt" et non "Ramerupt", pouvait-il y avoir erreur de lieu ? Gérard Nahon donna la réponse suivante : Au XII° siècle, l’autorité suprême du Judaïsme à laquelle étaient adressées les Questions des Communautés, se situait à Rome. Par un effet de basculement, l’Ecole de Rabbenou Tam avait acquis un tel prestige que l’autorité passa à Ramerupt, d’où un jeu de mot usité de désigner ce village du nom de "Romerupt".

A la question de la provenance de la Communauté juive de Ramerupt et de Dampierre, Gérard Nahon nous précisa qu’en l’absence de nom de lieu accolé aux patronymes (comme par exemple Yom Tov de Joigny), les chercheurs en déduisaient que ces Juifs de Ramerupt étaient du crû champenois, qu’ils étaient d’ici même, et qu’on pouvait en dire de même pour Dampierre toute proche, ou Troyes.

JPEG - 43.7 ko
Pierre tombale à la mémoire de Rabbénu Tam
A Ramerupt

Un grave incident marqua la vie de Rabbénou Tam ; il fut violemment molesté dans son village par des croisés de retour vers 1140-1146. Un de ses élèves en fait le récit et rapporte que le nom du Maître était si prestigieux que les agresseurs lui dirent : "Tu es le plus grand parmi le peuple d’Israël et tu vas subir comme le plus grand des Chrétiens subit en son temps par la faute des Juifs." Il n’eut la vie sauve que par l’intervention d’un noble qui jura de le convertir.

Notre visite fut filmée par FR3 Champagne, à qui nous fîmes remarquer que d’un si petit village où à peine quelques familles juives vivaient, un si grand rayonnement éclaira le monde juif et chrétien de Commentaires de la Torah et du Talmud, en s’appuyant sur la langue d’Oïl qui contribua à la clarté des textes. Que du français populaire utilisé dans les marchés et foires, dans les fermes, se construisit un vrai concept de clarification du sens des mots et de l’esprit du Talmud, par l’utilisation des ’Laazim introduits par Rachi. [2]

Rabbénou Tam fut l’auteur du " Sefer ha-Yachar " [3]", le Livre du Juste, et de poèmes liturgiques "piyoutim". [4] Avec les commentaires du Talmud, Rabbénou Tam a fait ce qu’on peut appeler "le Talmud de France", selon Gérard Nahon.

Un voyage qui ne faisait que commencer, et qui témoignait s’il en était nécessaire une fois de plus, de l’ancrage ancestral des populations Juives dans le terroir français et européen.

Après Ramerupt, nous sommes passés à Dampierre afin de nous imprégner de l’atmosphère d’une campagne dont la terre avait aussi englouti les moindres traces des Rabbis, de leurs élèves et de leurs familles.

A moins qu’un jour, au hasard de travaux publics on ne découvrît un Miqwé, une pierre, un manuscrit ?

L’unique sanctuaire étant le peuple Juif lui même.


Sommaire du colloque scientifique consacré à Rachi deTroyes

[1] Directeur d’études émérite à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, Section des Sciences Religieuses.

[2] ’Laaz au singulier. Mots français introduits en écriture hébraïque à ses commentaires par Rachi, pour éclairer le sens du texte. Les ’Laazim ont donné naissance à la fameuse glose de Rachi ; une mine précieuse de mots utilisés au XI° et XII° siècles en Champagne.

[3] Edité à Vienne en 1811.

[4] "R.Tam correspondait en vers rimés avec Abraham ibn Ezra. Il approuva l’introduction de piyoutim dans la liturgie, car il ne les considérait pas comme des interruptions de la prière" (Dict encycl du Judaïsme, éd.Cerf.



Commentaires  (fermé)

vendredi 21 novembre 2008 à 10h51

Chers frères,

aucun lieu n’est prouvé ou Rachi et ses descendants son enterrés , d’après des écrits retrouvés au diocèse de Troyes (voir enquête du Rabbin Josy Eisenberg, l’entrée du cimetière juif se trouvait certainement près du théâtre de champagne à Troyes face à la rue de Preize. (allez dans www.rachisyna3.info) un mausolée de Moretti,( inauguré par M. Le Gd Rabbin Sirat)

Néanmoins avoir fait vivre rabbénou Tam זל c’est
à Ramerupt c’est bien, mais il faut préciser à vos touristes pèlerins que c’est une maison achetée à une personne du pays et non celle du rav. Quand à la tombe ......quelque peu exagéré.....et cela donne de la confusion aux frères juifs qui en dévots allument des bougies, alors qu’il n’y a aucun défunt en dessous et encore moins Rabbinoutam que sa mémoire soit bénie.
Nous aimerions vous rencontrer et organiser dans l’union les visites de Troyes, Ramrupt et Dampierre dans un même programme, mais en expliquant aux gens l’authenticité de nos affirmations . (venez passez un Chabbat à Troyes Point Cacher à Intermarché,
Deux appartements à votre service (7 personnes) et 3 cuisines dont une grande strictement CACHER.

Cordialement William Gozlan" Président Centre Culturel rachi Troyes et membre du C.A de la Communauté ACI Troyes"

Chabbat שלום

Agenda

<<

2017

>>

<<

Mai

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

5 avril 2014 - Sur Histoire tv documentaire : Le musée d’Israël à Jérusalem

Dans la série Documentaire Secrets de musées Episode 16/26 - Le Musée d’Israël à Jérusalem Durée (...)

11 avril 2013 - Livre : Le patrimoine juif en France - synagogues, musées et lieux de mémoire

ITINERAIRES DE DECOUVERTES aux EDITIONS OUEST-FRANCE LE PATRIMOINE JUIF EN FRANCE Synagogues, (...)

29 août 2011 - Mise au point de Mémoire Active d’Algérie à propos du regroupement des cimetières

Voici pour information le courriel adressé au ministère des affaires étrangères Français à la (...)

16 avril 2011 - Pour la sauvegarde du patrimoine juif à Cavaillon

Appel à signature lancé par l’association Kabellion "La commune de Cavaillon possède au cœur de (...)

28 février 2011 - L’émission TV Fugues accessible en ligne : Sur le chemin des synagogues

Sur FR3 BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE Rediffusion de l’émission FUGUES du 24 janvier 2010 pendant 15 (...)

Météo

Belfort, 90, France

Conditions météo à 00h00
par weather.com®

Clair de lune voilé

17°C


Clair de lune voilé
  • Vent : 3 km/h - nord nord-est
  • Pression : 983 mbar tendance symbole
Prévisions >>

Prévisions du 26 mai
par weather.com®

Inconnu

Max 17°C
Min 12°C


Inconnu
  • Vent : N/D km/h
  • Risque de precip. : %
<< Conditions  |  Prévisions >>

Prévisions du 27 mai
par weather.com®

Soleil voilé

Max 30°C
Min 14°C


Soleil voilé
  • Vent : 8 km/h
  • Risque de precip. : 0%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 28 mai
par weather.com®

Soleil

Max 31°C
Min 15°C


Soleil
  • Vent : 1 km/h
  • Risque de precip. : 10%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 29 mai
par weather.com®

Soleil voilé

Max 30°C
Min 15°C


Soleil voilé
  • Vent : 8 km/h
  • Risque de precip. : 20%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 30 mai
par weather.com®

Orage épars

Max 26°C
Min 13°C


Orage épars
  • Vent : 11 km/h
  • Risque de precip. : 40%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 31 mai
par weather.com®

Orages isolés

Max 25°C
Min 14°C


Orages isolés
  • Vent : 6 km/h
  • Risque de precip. : 30%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 1er juin
par weather.com®

Orage épars

Max 26°C
Min 15°C


Orage épars
  • Vent : 4 km/h
  • Risque de precip. : 60%
<< Prévisions