Belfort : sa communauté juive

Fêterait-elle aussi ses 700 ans en 2007 ?
mercredi 28 juin 2006
par Nadia Darmon.H
popularité : 2%
2 votes

Une synagogue du bout du monde, c’est parfois une synagogue à sa porte, à la frontière avec la Suisse et l’Allemagne, entre les Vosges et le Jura, détachée de l’Alsace en 1870 et n’ayant jamais bénéficié des avantages du Concordat passé avec l’Alsace voisine. Dans le temps, son prestige attirait la candidature de nombreux rabbins et un concours en bonne et due forme devait les départager. Le titre de Grand Rabbinat lui échappa en faveur d’une jeune communauté juive qui prenait son essor dans le pays Vosgien, Vesoul.

BELFORT, UNE SYNAGOGUE DE L’EST DE LA FRANCE

JPEG - 30.6 ko
Synagogue de Belfort (1857)
Vitrail, rosace.

Sa synagogue actuelle fut bâtie en 1857, par l’architecte Diogène Poizat Aîné, en un style Orientaliste, en vogue à cette époque.

La synagogue précédente était située rue des Barres, aux abords de l’emplacement du centre commercial actuel des 4 As. Elle fut déplacée suite à un accord passé avec l’armée impériale qui voulait y installer ses quatre régiments d’élite. Un tout premier lieu de prière avait été ouvert sur le Faubourg de France.

La Synagogue actuelle, arbore deux coupoles caractéristiques, une rosace centrale et une Arche Sainte richement décorée d’arabesques en stuc et de colonnes, les nombreux vitraux éclairent une galerie des femmes en arcades et la majestueuse rosace centrale. La Synagogue de Belfort fut construite par la contribution de 50 souscripteurs et en partie l’Etat et la commune. Pour l’occasion les stalles ont été achetées par les fidèles. Le premier rabbin de Belfort fut Léopold Lehmann qui exerça ses fonctions 54 ans, sa tombe est encore visible au cimetière de Belfort.

JPEG - 3.6 ko
Synagogue de Belfort (1857)
Rue de l’As de Carreau.

Une source mentionne une Communauté juive [1] au XIIIème siècle à Belfort, une autorisation de résidence dans la cité date de 1307. Des persécutions éclatent en 1336, à la suite desquelles, les Juifs sont expulsés. Ils auraient été à nouveau admis en 1689.

Tandis qu’une autre source sérieuse transmise par l’historien Georges Bischoff [2] dit ceci : "Le courriel de M.-A. Vacelet à propos des Juifs belfortains m’a incité à reprendre la notice de la Germania Judaica, T. II, "Von 1238 bis zur Mitte des 14. Jahrhunderts", sous la dir. de Zvi AVNERI, vol. 1, Tübingen, 1968, p. 63-64.

Cette petite notice rappelle que la charte de 1307 ne concerne pas les Juifs, mais que ceux ci apparaissent en 1332 dans la personne d’Elia/Elyet de Belfort, domicilié à Vesoul (mais originaire de Belfort). En 1336, on signale deux prêteurs, dont maitre Aigin, dont il est question dans un document dont on n’indique pas la source précise, aux archives d’Innsbruck. L’auteur de la notice estime que cette petite communauté a été dispersée ou anéantie peu après, lors des pogroms du "roi Armleder" en 1338 : il se fonde sur un Memorbuch de Nuremberg édité en 1898 par Salfeld (je ne l’ai pas encore vu). Ces indicatiosn sont très ténues, mais on peut les mettre en relation avec le "trou aux juifs" cité dans un compte, beaucoup plus tard.

Il est probable que ces juifs aient fait partie de la Ière vague expulsée du royaume de France vers 1306 (ou après). Leurs noms ont une consonance française.

On peut remarquer que leur présence témoigne de l’importance économique de la ville, où étaient déjà cités deux lombards d’Asti au tout début du XIVe S."

Cependant que jusqu’en 1790, les juifs furent interdits de résider à Belfort, ils habitaient donc depuis le XVIII° siècle à 10 km non loin, dans le seul village de France qui comptât une Synagogue et point d’Eglise, Foussemagne qui appartint autrefois aux Comtes de Reinach et qui firent venir les premiers juifs dont la trace attestée date de 1717. André Frossard, académicien originaire de Foussemagne rappelle cette singularité dans son livre  [3]

Ces juifs de Foussemagne étaient essentiellement alsaciens, venant de Epfig notamment, ou originaires du Sundgau, le triangle Mulhouse-Bâle-Belfort, incluant les localités de Dürmenach, Hagenthal, Habsheim, Hirsingue, Luemschwiller, Seppois-le-Bas et Zillisheim. Ils parlent le Judisch Deutsch. Ils sont colporteurs, marchands de bestiaux, cordeliers ou ferrailleurs et suite à la Grande Peur de 1789 qui touche le Sundgau, 20 villages sont saccagés, 3000 personnes en fuite vers Bâle, nos juifs de Foussemagne ne retrouveront pas tous leurs biens, certains d’entre eux s’installeront à Belfort, admis comme « habitants », les premiers sont Israël et Cerf Goschler de Hagenthal, suivis de Isaac Blum qui se lancera dans la banque, et Dreyfous qui fournit en drap les troupes cantonnées à Belfort et contribue de ses deniers personnels à la cause révolutionnaire. L’esprit de la Révolution fera le reste. Le premier mariage juif à Belfort aura lieu en 1793, célébré par Salomon Roth, Rabbin de Foussemagne, entre Salomon Wahl et Leya Bloch. La tombe n°1 du cimetière de Belfort est celle de Salomon Wahl.

Alors qu’ils sont venus le ballot du colporteur sur le dos poussant une charrette, ou bien vêtu du sarrau bleu du maquignon honni de la population et les sabots aux pieds, ils ont choisi la France, ils ont choisi Belfort et ont donné à cette ville 4 maires Léon Schwob, Edouard Lévy-Grünwald, Pierre Bonnef et Pierre Dreyfus-Schmidt, des présidents de chambre et tribunal de Commerce comme Emile Blum, des industriels et des négociants comme les Schwab et les Bumsel, des officiers et des résistants, des médecins dont les plus célèbres sont Jacques Lévy et Jules Lévy son fils lesquels ont donné leur nom à une aile restaurée de l’hôpital, et Michel Dreyfus-Schmidt sénateur du Territoire en exercice.
- Pierre Bonnef(f), converti au catholicisme, est un des nombreux exemples de ce processus d’intégration jusqu’à l’assimilation totale à la société française et comme tel peut figurer sur cette liste -

Cette communauté n’a eu de cesse que d’exister, et d’accueillir tous ceux qui les ont rejoints dans les années 1920, tailleurs et petits marchands de quatre saisons venus de Pologne et de Galicie, d’Alsace et d’Allemagne. Mentionnons que la population juive d’Europe centrale s’installa dans la vieille ville, et créa son lieu de prière, rue Sur L’Eau. Puis vint le tour d’une poignée de Juifs d’Afrique du Nord, d’Iran et d’Israël, et plus récemment du Kazakhstan.

A l’Est de la France, il est une synagogue qui ne demande qu’à respirer et ses fidèles voir grossir leur nombre, dans une ville surprenante de vitalité, elle offre une structure communautaire, des animations culturelles et un Talmud Torah, celui qui franchirait le seuil de Belfort ne peut rester indemne de sa communauté attachante. Au cœur de l’Europe, à 50 mn de Bâle et de Freiburg, à 30 mn de Mulhouse et 1 heure de Besançon sa sœur presque jumelle, Belfort en Franche Comté !


Bibliographie : Memorbuch de Nuremberg de Salfeld (1898), Martyrol, 68,240 ; A.Corret, Histoire pittoresque et anecdotique de Belfort (1855), 263-72, Z.Szajkowski, Analytical Franco-Jewish Gazetteer (1966), 165.

- Germania Judaica, T. II, "Von 1238 bis zur Mitte des 14. Jahrhunderts", sous la dir. de Zvi AVNERI, vol. 1, Tübingen, 1968, p. 63-64.


[1] Source : Encyclopaedia Judaica, vol4, Jérusalem 1971.

[2] Georges Bischoff travaille actuellement sur les commémorations des 700 ans de Belfort.

[3] « Dieu existe je l’ai rencontré », éditions Fayard, 1969.



Commentaires  (fermé)

Agenda

<<

2017

>>

<<

Mars

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272812345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

5 avril 2014 - Sur Histoire tv documentaire : Le musée d’Israël à Jérusalem

Dans la série Documentaire Secrets de musées Episode 16/26 - Le Musée d’Israël à Jérusalem Durée (...)

11 avril 2013 - Livre : Le patrimoine juif en France - synagogues, musées et lieux de mémoire

ITINERAIRES DE DECOUVERTES aux EDITIONS OUEST-FRANCE LE PATRIMOINE JUIF EN FRANCE Synagogues, (...)

29 août 2011 - Mise au point de Mémoire Active d’Algérie à propos du regroupement des cimetières

Voici pour information le courriel adressé au ministère des affaires étrangères Français à la (...)

16 avril 2011 - Pour la sauvegarde du patrimoine juif à Cavaillon

Appel à signature lancé par l’association Kabellion "La commune de Cavaillon possède au cœur de (...)

28 février 2011 - L’émission TV Fugues accessible en ligne : Sur le chemin des synagogues

Sur FR3 BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE Rediffusion de l’émission FUGUES du 24 janvier 2010 pendant 15 (...)

Météo

Belfort, 90, France

Conditions météo à 0h0
par weather.com®

Inconnu

°C


Inconnu
  • Vent :  km/h - N/D
  • Pression :  mbar tendance symbole
Prévisions >>